Accueil     

 

 

 

 

 

 

10 faits sur le fluorure

 

 

10 faits sur le fluorure
Source: Fluoride Action Network

Adaptation française: Action Fluor Québec

1) 97% de l'Europe occidentale a choisi de ne pas fluorer l'eau. Incluant: l'Autriche, la Belgique, le Danemark, la Finlande, la France, l'Allemagne, l'Islande, l'Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas, l'Irlande du Nord, la Norvège, l'Écosse, la Suède et la Suisse. (Bien que certains pays européens ajoutent du fluor à sel, or la majorité ne le font pas.) Ainsi, plutôt que d'imposer le fluorure comme traitement pour toute la population, l'Europe occidentale laisse aux individus le droit de choisir ou de refuser le fluorure.


2) Le fluorure est le seul médicament chimique ajouté à l'eau potable pour traiter les gens (pour prévenir la carie dentaire). Tous les autres produits chimiques sont ajoutés pour traiter l'eau et la rendre potable - ce que le fluorure ne fait pas. C'est l'une des raisons pour laquelle la majorité de l'Europe a rejeté la fluoration. Par exemple: 

     En Allemagne, « L'argument du Ministère fédéral de la santé contre l'autorisation générale de la fluoration de l'eau potable est la nature problématique de la médication forcée.

     En Belgique, c'est «La position fondamentale du service de l'eau potable est que son devoir n'est pas d'offrir aux gens un traitement médicinal. C'est la seule responsabilité des services de santé». 

     Au Luxembourg, «Notre position est que l'eau potable n'est pas le moyen approprié pour un traitement médicinal et que les personnes ayant besoin d'un supplément de fluorure peuvent  décider par eux-mêmes d'utiliser le moyen le plus approprié.


3) Contrairement à ce qu'on pensait, le fluorure apporte des bienfaits minimes lorsqu'avalé. Au début de la fluoration (durant les années 1940 et 1950), les dentistes croyaient que le fluorure devait absolument être avalé pour être efficace. Cette croyance a cependant été discréditée par un vaste corpus de recherches scientifiques modernes. (1)

Selon le Center for Disease Control (CDC), «L'effet prédominant du fluorure est post-éruptif et topique. "(2). En d'autres termes, tous les bienfaits du fluorure proviennent de l'application directe de fluorure sur la surface des dents (après l'apparition des dents) et non pas de son ingestion. Par conséquent, il est inutile d'avaler du fluorure et d'exposer ainsi tous les tissus corporels au fluorure toxique. 


    4) L'eau fluorée n'est plus recommandée pour les nourrissons. En novembre 2006, l'Association dentaire américaine (ADA) a avisé les parents d'éviter l'eau fluorée pour les bébés (3). D'autres chercheurs dentaires ont émis de telles recommandations au cours des dix dernières années. (4)

Les bébés exposés au fluorure encourent un risque élevé de fluorose dentaire - un défaut permanent de la dent causé par le fluorure (5). D'autres tissus du corps peuvent également être affectés par une exposition précoce au fluorure. Selon une récente étude publiée dans la revue médicale The Lancet, le fluorure pourrait affecter le développement du cerveau, causant des déficits d'apprentissage, une réduction de l'intelligence ainsi que d'autres problèmes. (6)


5) Il existe de meilleures façons de dispenser le fluorure que de l'injecter dans l'eau. En ajoutant du fluorure à l'eau potable de toute la population, beaucoup d'enfants et de personnes vulnérables sont mises en danger. Ce n'est pas seulement une erreur, c'est inutile. Comme on l'a démontré en Europe, il existe d'autres moyens tout aussi efficaces et moins intrusifs de fournir du fluorure à ceux qui en veulent absolument. Par exemple: 

     A) Les produits fluorés d'application topique, tels que les dentifrices et les rince-bouches (accompagnés de mises en garde: ne pas avaler!) sont disponibles dans toutes les épiceries et pharmacies. Ainsi, pour les individus qui souhaitent utiliser du fluorure, ils peuvent facilement s'en procurer à des prix très abordables. 

     B) Si l'on craint que certaines personnes désavantagées n'aient pas les moyens de s'acheter un dentifrice fluoré (un dentifrice de taille familiale coûte à peine 2 $ à 3 $), l'argent économisé en évitant de fluorer l'eau peut subventionner l'achat de produits fluorés (ou non fluorés) pour ces familles. 

     C) Le fluorure injectée dans l'eau est en grande partie gaspillé. Plus de 99% de l'eau potable n'est pas consommée par les êtres humains. Elle est utilisé pour laver les voitures, arroser la pelouse, laver la vaisselle, prendre une douche, tirer la chasse d'eau des toilettes, etc. 


6) L'ingestion du fluorure comporte peu d'avantages, mais de nombreux risques. Puisque les bienfaits du fluorure sont purement topiques (agit par contact direct sur les dents), les risques pour la santé résultent du fait qu'il est avalé. Dans ce cas, tous les autres tissus du corps humain sont également affectés. 

 En fait, les effets indésirables de l'ingestion de fluorure surviennent à des doses actuellement ingérées par ceux qui vivent dans les zones fluorée. Par exemple: 

     A) Risque accru pour le cerveau et l'intelligence. Selon le Conseil national de recherche (NRC), le fluorure peut endommager le cerveau. Des études animales menées dans les années 1990 par des scientifiques de l'EPA ont constaté des effets semblables à la démence à la même concentration (1 ppm) que celle utilisée pour fluorer l'eau. Des études sur l'homme ont trouvé que le fluorure réduit l'intelligence (le QI) à une concentration aussi basse que 0.9 ppm chez les enfants mal alimentés, et à 1.8 ppm chez les enfants ayant un apport nutritionnel adéquat. (7-10) 

     B) Risque accru pour la glande thyroïde. Selon le NRC, le fluorure est un «perturbateur endocrinien». En bref, le NRC nous met en garde: boire de l'eau fluorée équivaut à une dose suffisante (0.01 à 0.03 mg / kg / jour) pour déprimer la glande thyroïde chez les individus ayant un faible apport en iode. Cela peut entraîner la perte de l'acuité mentale, la dépression et le gain de poids (11) 

     C) Risque accru pour les os. Selon le NRC, le fluorure peut fragiliser les os et augmenter le risque de fracture osseuse. Bien que le NRC ait été incapable de déterminer la concentration de fluorure sécuritaire pour les os, les meilleures données nous indiquent que le risque de fracture augmente à des concentrations aussi faibles que 1.5 ppm, une valeur à peine supérieure à la concentration de fluorure dans l'eau fluorée (0.7 à 1.2 ppm). (12)
 
      D) Risque accru de cancer des os. Des études animales et humaines - dont une étude récente par une équipe de scientifiques de Harvard - ont trouvé un lien entre le fluorure et une forme grave de cancer des os (ostéosarcome) chez les hommes de moins de 20 ans. Ce lien a été décrit par le National Toxicology Program comme étant «biologiquement plausible». Près de la moitié des adolescents frappés par l'ostéosarcome meurent quelques années après le diagnostic. (13-16) 

     E) Risque accru pour les malades du rein. Les personnes atteintes de maladie du rein sont plus sensibles à la toxicité du fluorure. Ce risque accru résulte de la diminution de la capacité à excréter le fluorure de l'organisme. En conséquence, des niveaux toxiques de fluorure peuvent s'accumuler dans les os, intensifiant l'accumulation toxique d'aluminium et causant ou empirant l'ostéodystrophie, une maladie douloureuse des os.  (17-19)


    7) Les produits chimiques industriels utilisés pour fluorer l'eau présentent un véritable risque pour la santé, risque supérieur à celui des composés naturels de fluorure. Les produits chimiques (l'acide fluosilicique, le silicofluorure de sodium et le fluorure de sodium) utilisés pour la fluoration sont en fait des déchets industriels issus de l'industrie des engrais phosphatés. L'acide fluosilicique (FSA) est le plus souvent utilisé. Le FSA est un acide corrosif lié à un niveau élevé de plomb dans le sang des enfants. 

Une étude récente de l'Université de la Caroline du Nord a trouvé que la FSA se combine aux composés chlorés (dont les chloramines) pour corroder et détacher le plomb des joints en laiton des conduits d'eau. Une étude récente de l'Université du Maryland suggère que de tels effets peuvent causer l'augmentation du plomb sanguin, surtout dans les maisons d'avant 1946. Le plomb est un agent neurotoxique responsable de troubles d'apprentissage et de comportement chez les enfants. (20-23). 


8) Les avantages de la fluoration de l'eau ont été exagérés. Même les partisans de la fluoration admettent qu'elle n'est pas aussi efficace qu'on le prétendait autrefois. Bien que les partisans croient encore à son efficacité, un nombre croissant d'études la remettent fortement en cause. (24-46) Selon une revue systématique publiée par le Ministère ontarien de la santé (Ontario Ministry of Health and Long Term Care), "En valeur absolue, l'ampleur des effets [de la fluoration] n'est pas très importante, n'est pas statistiquement significative et pourrait n'avoir aucune pertinence clinique. "(36) 

     A) En ce qui concerne la carie dentaire, il n'y a pas de différence entre les pays fluorés et non-fluorés. Depuis les années 1950, on attribue à la fluoration de l'eau la réduction de la carie aux États-Unis. Or, la même réduction a été observée dans tous les pays occidentaux et la plupart n'ont jamais ajouté de fluorure à l'eau. En fait, la très grande majorité de l'Europe a rejeté la fluoration de l'eau. Pourtant, selon les données de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le taux de carie y est aussi faible, souvent inférieur au taux américain. (25, 35, 44)

     B) Le taux de carie n'augmentent pas lorsque la fluoration cesse. Contrairement aux croyances antérieures, cinq études publiées depuis 2000 n'ont rapporté aucune augmentation de la carie dentaire dans les communautés ayant cessé la fluoration. (37-41) 

     C) La fluoration ne règle pas les problèmes de santé dentaire dans les zones à faible revenu. Alors que certains affirment que la fluoration est particulièrement efficace dans les communautés défavorisées, il existe très peu de preuves à cet effet. Selon une étude systématique récente du gouvernement britannique, «La preuve que la fluoration réduit des inégalités de santé dentaire est de mauvaise qualité, contradictoire et peu fiable."(45) Aux États-Unis, de graves crises dentaires surviennent dans les zones défavorisées, peu importe que la communauté ait fluoré l'eau ou non. (46) En outre, plusieurs études ont confirmé que l'incidence de la carie du biberon (carie dentaire infantile grave) diffère peu dans les zones fluorées et non fluorées. (27,32,42) Bref, malgré les demandes pressantes visant à fluorer l'eau, la fluoration ne règle pas les problèmes dentaires des populations défavorisés. 


9) La fluoration est risquée et représente un fardeau supplémentaire pour les communautés défavorisées. Au lieu d'être bénéfique, la fluoration est particulièrement lourde et préjudiciable. Par exemple: 

     A) En raison des coûts élevés reliés à l'achat d'eau embouteillée ou d'un filtre à eau performant, les familles à faible revenu peuvent difficilement éviter de boire de l'eau fluorée. Par conséquent, elles peuvent difficilement suivre la recommandation de l'ADA, qui stipule que les bébés doivent éviter l'eau fluorée. Cela pourrait expliquer pourquoi les enfants afro-américains sont les plus atteints par la fluorose dentaire défigurante aux Etats-Unis. (47) 

     B) Les familles défavorisées sont les plus exposées aux effets toxiques du fluorure, car il est maintenant bien établi que les personnes mal alimentées sont considérablement plus vulnérables à de tels effets. (48-51) Les carences alimentaires et les maladies qui accroissent la vulnérabilité au fluorure y sont plus fréquentes (exemple: l'insuffisance rénale). Selon la Dre Kathleen Thiessen, scientifique du panel du Conseil national de la recherche scientifique des États-Unis portant sur la toxicité du fluorure: "On peut s'attendre à ce que les communautés à faible revenu soient plus vulnérables à certains effets néfastes de l'eau fluorée".(51) 


10) De nos jours, les sources d'exposition au fluorure sont multiples. Par conséquent, les personnes vulnérables ingèrent désormais plus que la dose quotidienne recommandée, ce qui accroît le risque d'intoxication. Ainsi, beaucoup d'enfants ingèrent plus de fluor que la dose journalière recommandée (dose dite optimale) parce qu'ils avalent du dentifrice fluoré en se brossant les dents. Selon le Journal of Public Health Dentistry
 
     «Pratiquement tous les auteurs ont noté que certains enfants peuvent ingérer plus de fluorure [en avalant du dentifrice] que la dose totale quotidienne recommandée. "(52) 

 En raison de l'exposition totale accrue, le taux de fluorose dentaire a augmenté de façon significative au cours des 50 dernières années. La fluorose dentaires est un indicateur visible de surexposition au fluor durant l'enfance. En 1940, la fluorose dentaire touchait moins de 10% des enfants. Or la dernière grande enquête américaine révèle qu'elle affecte désormais près du tiers des enfants (plus de 30%). (47, 53) 

 Les sources de fluorure incluent: l'eau fluorée, le sel fluoré, les produits dentaires fluorés, les résidus de pesticides fluorés dans les fruits et les légumes, les médicaments fluorés, les aliments transformés à base d'eau fluorée, le thé, les produits déperlants et anti-taches pour les vêtements (GoreTex), meubles et tapis, les poêles et emballages au téflon (une résine fluorée), les nouvelles molécules organo-fluorées, la pollution industrielle, etc.


RÉFÉRENCES:

  1. National Academy of Sciences. (1989). Recommended Dietary Allowances: 10th Edition. Commission on Life Sciences, National Research Council, National Academy Press. p. 235. Additional references available at: http://www.fluoridealert.org/studies/essential-nutrient/
  2. Featherstone JDB. (2000). The Science and Practice of Caries Prevention. Journal of the American Dental Association. 131: 887-899. Additional references available at: http://www.fluoridealert.org/studies/caries04/
  3. Centers for Disease Control and Prevention (2001). Recommendations for Using Fluoride to Prevent and Control Dental Caries in the United States. Mortality and Morbidity Weekly Review. (MMWR). August 17. 50(RR14):1-42.
  4. Formerly online at: http://ada.org/prof/resources/pubs/epubs/egram/egram_061109.pdf
  5. References online at: http://www.fluoridealert.org/studies/infant01/
  6. Hong L, Levy SM, et al. (2006). Timing of fluoride intake in relation to development of fluorosis on maxillary central incisors. Community Dentistry and Oral Epidemiology 34:299-309.
  7. Marshman Z, et al. (2008). The impact of developmental defects of enamel on young people in the UK. Community Dentistry & Oral Epidemiology 37:45-57.
  8. Grandjean P, Landrigan P. (2006). Developmental neurotoxicity of industrial chemicals. The Lancet, November 8.
  9. Choi AL, et al. (2012). Developmental Fluoride Neurotoxicity: A Systematic Review and Meta-Analysis. Environmental Health Perspectives 2012 Jul 20. [Epub ahead of print]
  10. National Research Council. (2006). Fluoride in Drinking Water: A Scientific Review of EPA’s Standards. National Academies Press, Washington D.C. p. 173-188.
  11. Varner JA, et al. (1998). Chronic Administration of Aluminum-Fluoride and Sodium-Fluoride to Rats in Drinking Water: Alterations in Neuronal and Cerebrovascular Integrity.Brain Research. 784: 284-298.
  12. Lin Fa-Fu, et al. (1991). The relationship of a low-iodine and high-fluoride environment to subclinical cretinism in Xinjiang. Iodine Deficiency Disorder Newsletter. Vol. 7. No. 3.
  13. Xiang Q, et al. (2003a). Effect of fluoride in drinking water on children’s intelligence. Fluoride 36: 84-94; 198-199.
  14. NRC (2006). p. 189-224.
  15. NRC (2006). p. 107-148.
  16. National Toxicology Program. (1990). Toxicology and Carcinogenesis Studies of Sodium Fluoride in F344/N Rats and B6C3f1 Mice. Technical report Series No. 393. NIH Publ. No 91-2848. National Institute of Environmental Health Sciences, Research Triangle Park, N.C.
  17. Hoover RN, et al. (1991). Time trends for bone and joint cancers and osteosarcomas in the Surveillance, Epidemiology and End Results (SEER) Program. National Cancer Institute In: Review of Fluoride: Benefits and Risks. US Public Health Service. Appendix E & F.
  18. Cohn PD. (1992). A Brief Report On The Association Of Drinking Water Fluoridation And The Incidence of Osteosarcoma Among Young Males. New Jersey Department of Health Environ. Health Service: 1- 17.
  19. Bassin EB, Wypij D, Davis RB, Mittleman MA. (2006). Age-specific Fluoride Exposure in Drinking Water and Osteosarcoma (United States). Cancer Causes and Control 17: 421-8.
  20. Johnson W, et al. (1979). Fluoridation and bone disease in renal patients. In: E Johansen, DR Taves, TO Olsen, Eds. Continuing Evaluation of the Use of Fluorides. AAAS Selected Symposium. Westview Press, Boulder, Colorado. pp. 275-293.
  21. Ng AHM, et al. (2004). Association between fluoride, magnesium, aluminum and bone quality in renal osteodystrophy. Bone 34: 216-224.
  22. Ittel TH, et al. (1992). Effect of fluoride on aluminum-induced bone disease in rats with renal failure. Kidney International 41: 1340-1348.
  23. Ayoob S, Gupta AK. (2006). Fluoride in Drinking Water: A Review on the Status and Stress Effects. Critical Reviews in Environmental Science and Technology 36:433–487
  24. Coplan MJ, et al. (2007). Confirmation of and explanations for elevated blood lead and other disorders in children exposed to water disinfection and fluoridation chemicals. Neurotoxicology 28(5):1032-42.
  25. Masters RD. et al. (2000). Association of Silicofluoride Treated Water with Elevated Blood Lead. Neurotoxicology. 21(6): 1091-1099.
  26. Masters RD, Coplan M. (1999). Water treatment with Silicofluorides and Lead Toxicity. International Journal of Environmental Studies. 56: 435-449.
  27. Maas R, et al. (2005). Effects of fluorides and chloramine on lead leaching from leaded-brass surfaces. Environmental Quality Institute, University of North Carolina, Ashville. Technical Report # 05-142 .
  28. Macek M, et al. (2006). Blood lead concentrations in children and method of water fluoridation in the United States, 1988-1994. Environmental Health Perspectives 114:130-134.
  29. Colquhoun J. (1985). Influence of social class and fluoridation on child dental health. Community Dentistry and Oral Epidemiology 13:37-41.
  30. Diesendorf M. (1986). The Mystery of Declining Tooth Decay. Nature. 322: 125-129.
  31. Gray AS. (1987). Fluoridation: Time For A New Base Line? Journal of the Canadian Dental Association. 53: 763-5.
  32. Kelly M, Bruerd B. (1987). The Prevalence of Baby Bottle Tooth Decay Among Two Native American Populations. Journal of Public Health Dentistry 47:94-97.
  33. Hildebolt CF, et al. (1989). Caries prevalences among geochemical regions of Missouri. American Journal of Physical Anthropology 78:79-92.
  34. Hileman B. (1989). New Studies Cast Doubt on Fluoridation Benefits. Chemical and Engineering News. May 8.
  35. Brunelle JA, Carlos JP. (1990). Recent trends in dental caries in U.S. children and the effect of water fluoridation. J. Dent. Res 69, (Special edition), 723-727.
  36. Yiamouyiannis JA. (1990). Water Fluoridation and Tooth decay: Results from the 1986-87 National Survey of U.S. Schoolchildren. Fluoride. 23: 55-67.
  37. Barnes GP, et al. (1992). Ethnicity, location, age, and fluoridation factors in baby bottle tooth decay and caries prevalence of head start children. Public Health Reports 107: 167-73.
  38. Domoto P, et al. (1996). The estimation of caries prevalence in small areas. Journal of Dental Research 75:1947-56.
  39. Heller KE, et al (1997). Dental Caries and Dental Fluorosis at Varying Water Fluoride Concentrations. J Pub Health Dent. 57(3): 136-143.
  40. Colquhoun J. (1997). Why I changed my mind about Fluoridation. Perspectives in Biology and Medicine 41: 29-44.
  41. Locker D. (1999). Benefits and Risks of Water Fluoridation. An Update of the 1996 Federal-Provincial Sub-committee Report. Prepared for Ontario Ministry of Health and Long Term Care.
  42. Kunzel W, Fischer T. (2000). Caries prevalence after cessation of water fluoridation in La Salud, Cuba. Caries Research 34: 20-5.
  43. Kunzel W, Fischer T, Lorenz R, Bruhmann S. (2000). Decline of caries prevalence after the cessation of water fluoridation in the former East Germany. Community Dentistry and Oral Epidemiology 28: 382-9.
  44. Seppa L, Karkkainen S, Hausen H. (2000). Caries Trends 1992-1998 in Two Low-Fluoride Finnish Towns Formerly with and without Fluoridation. Caries Research 34: 462-468.
  45. Burt BA, et al. (2000). The effects of a break in water fluoridation on the development of dental caries and fluorosis. J Dent Res. 79(2):761-9.
  46. Maupome G, Clark DC, Levy SM, Berkowitz J. (2001). Patterns of dental caries following the cessation of water fluoridation. Community Dentistry and Oral Epidemiology 29: 37-47.
  47. Shiboski CH, et al. (2003). The association of early childhood caries and race/ethnicity among California preschool children. Journal of Public Health Dentistry 63(1):38-46.
  48. Armfield JM, Spencer AJ. (2004) Consumption of nonpublic water: implications for children’s caries experience. Community Dent Oral Epidemiol 32:283-296.
  49. Neurath C. (2005). Tooth decay trends for 12 year olds in nonfluoridated and fluoridated countries. Fluoride 38:324-325.
  50. Warren J, et al. (2009). Considerations on optimal fluoride intake using dental fluorosis and dental caries outcomes: A longitudinal study. Journal of Public Health Dentistry 69:111-15.
  51. Steinmeyer R. (2011). [Influence of natural fluoride concentration in drinking water on dental health of first class pupils in an area with enhanced fluoride content at the beginning of the 21st century]. Gesundheitswesen. 73(8-9):483-90.
  52. Charone S, et al. (2012). Lack of a significant relationship between toenail fluoride concentrations and caries prevalence. Fluoride 45:133-37.
  53. Online at: http://www.york.ac.uk/inst/crd/fluoridnew.htm
  54. Online at: http://www.fluoridealert.org/studies/caries07/
  55. Beltran-Aguilar ED et al. (2005). Surveillance for dental caries, dental sealants, tooth retention, edentulism, and enamel fluorosis — United States, 1988–1994 and 1999—2002. MMWR Surveillance Summaries 54(3): 1-44.
  56. Massler M, Schour I. (1952). Relation of endemic dental fluorosis to malnutrition. JADA. 44: 156-165.
  57. Marier J, Rose D. (1977). Environmental Fluoride. National Research Council of Canada. Associate Committe on Scientific Criteria for Environmental Quality. NRCC No. 16081.
  58. Agency for Toxic Substances and Disease Registry (ATSDR) (1993). Toxicological Profile for Fluorides, Hydrogen Fluoride, and Fluorine (F). U.S. Department of Health & Human Services, Public Health Service. ATSDR/TP-91/17.
  59. Online at: http://www.fluoridealert.org/articles/thiessen-interview/
  60. Levy SM, Guha-Chowdhury N. (1999). Total fluoride intake and implications for dietary fluoride supplementation. Journal of Public Health Dentistry 59: 211-23.
  61. Beltrán-Aguilar ED, et al. (2010). Prevalence and Severity of Dental Fluorosis in the United States, 1999–2004. Centers for Disease Control. NCHS Data Brief No. 53.
  62. National Research Council. (1993). Health Effects of Ingested Fluoride. National Academy Press, Washington DC.