Accueil

 

 

 

LA FLUORATION, UNE GOUTTE DE TROP !
www.presselibreinternationale.com/fluor

On veut fluorer l'eau de Montréal et de toute la province SANS AUCUNE CONSULTATION POPULAIRE.


La mise en évidence des intérêts financiers des industries de l'aluminium et des engrais phosphatés, dont les déchets de fluorure sont recyclés en les injectant dans l'eau potable, avec des effets nocifs sur la santé, a déjà été fort bien démontrée et documentée par les positions courageuses de scientifiques intègres, ce qui nous a permis de gagner depuis un certain temps quelques combats contre ces mixtures empoisonnées qu'on veut nous faire avaler "pour notre bien". Mais la bataille est encore loin d'être terminée.

Santé Canada ou le Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec examineront-ils un jour les nombreux rapports scientifiques indépendants, déjà existants, qui démontrent ces liens de façon évidente, et annonceront-ils finalement que les fluorures représentent un risque majeur pour la santé humaine ?

Pourtant, on connaît maintenant bien les dangers des fluorures sur la santé, faites vos recherches sur Internet, vous n'en reviendrez pas (voyez la : bibliographie scientifique) !  

 

Si ni Santé Canada, ni le Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec ne sont en mesure de nous protéger et de nous informer, qui donc le fera ??? 


Imaginez qu'en dépit des preuves et rapports de scientifiques indépendants qui existent depuis les années 50s, des déclarations formelles des docteurs, médecins, chimistes et prix Nobel, on persiste à nous vendre le plus grand mensonge qui soit: : la prévention de la carie dentaire par le fluorure de sodium ou ses dérivés. Nos belles institutions de santé gouvernementales sont-elles à la solde du consortium pharmaco-chimico-médico-industriels ? 

 

Ainsi une initiative de l'Hôpital de Montréal pour enfants qui jouit du soutien d'une vingtaine d'organismes (on se demande bien lesquels, probablement tous lié$ à ce consortium payant), dont le Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, projette de fluorer l'eau de Montréal pour réduire la carie dentaire des enfants. Cette même initiative fait des pressions sur M. De Souza pour qu'il accélère le processus d'étude des conséquences de cette mesure. Incroyable !

En 1972, le Dr. Jean-Marc Brunet, naturopathe renommé du Québec, publiait un livre "Dossier Fluor" (disponible gratuitement en téléchargement) dans lequel il fait un brillant exposé sur ce produit qui fait partie des poisons les plus toxiques de la terre. Vous y retrouverez les rapports, noms et citations des spécialistes et professionnels qui ont clairement déclaré que le fluor ne doit absolument pas être administré à la population, pour tous les dommages qu'il peut causer à tout ce qui vit, tellement il est toxique. Il fait partie de ceux qui ont persuadé le maire Jean Drapeau de refuser de fluorer l'eau de Montréal au début des années 70, pour la simple et bonne raison qu'un produit chimique ou médicament qui exige une prescription ne devrait pas être administré impunément à tous les citoyens sans leur consentement et que l'eau qu'on dessert aux citoyens se doit d'être pure et sans agent chimique et toxique. Le maire Tremblay devrait suivre son exemple et joindre notre mouvement de dénonciation. Le mensonge a assez duré. 140 villes américaines ont refusé de fluorer leur eau potable et autant ont dû payer des millions pour retirer le fluor de leur eau et les installations de fluoration y compris. Quels gâchis ! Qui va payer encore pour leurs erreurs ?

Parmi les arguments bidon qu'on nous radote depuis des décennies: "
que les fluorures sont présents dans la nature et que notre corps en a besoin, même si c'est une portion infinitésimale''. Mais le fluorure de sodium (idem pour l'acide hexafluoro silicique) est artificiel, synthétique, créé par l'homme, on ne le retrouve nulle part dans la nature ! Il provient de l'extraction de l'aluminium et de la fabrication d'engrais chimiques (monofluorophosphate de sodium). L'aluminium se retrouve dans une matière première composé de sodium, aluminium et fluor. Lorsque qu'on retire l'aluminium, on se retrouve avec du fluorure de sodium. Des tonnes… Les fluorures artificiels ne sont rien d'autre que des résidus, déchet de l'industrie dont on ne peut et ne sait comment se débarrasser facilement.

Dans la nature, le fluorure le plus répandu et qui est le moins nocif pour les humains est le fluorure de calcium, car l'action néfaste du fluor est en partie compensée par le calcium. Alors que le fluorure de sodium et l'acide hexafluoro silicique sont des fluorures artificiels, s'accumulent jour après jour dans le corps humain et que notre système peut difficilement les évacuer et s'en prémunir.  Les fluorures se logent surtout dans les os, mais aussi dans les ligaments, tendons, tissus et bien sûr dans le cerveau !  Ils affectent le comportement et diminuent le QI chez les enfants (voir les effets secondaires du PROZAC, un autre dérivé du fluor, pharmaceutiquement nommé "fluoxétine").

Faites le lien avec ce qui suit. Les effets toxiques du fluorure à haute dose ne sont plus remis en doute quand on sait qu'il entre dans la composition des insecticides, des bactéricides et poison à rat. Les effets psychiques, quant à eux, ont été démontrés par l'industrie pharmaceutique des anesthésiants fluorés. 

Des études russes ont démontré que le fluorure inhibe l'enzyme acétylcholinestérase, qui transmet les signaux le long des nerfs, ce qui causait chez des patients atteints de fluorose dentaire des troubles nerveux et des dysfonctions cérébrales. Dès 1995, plusieurs études chinoises rapportent que le fluorure diminue le quotient intellectuel (QI) chez les enfants. Il affaiblit également le système immunitaire. Le cancer et l'arthrite rhumatoïde s'ajoutent à la liste des pathologies de ce poison.

La Dre Schwartz, qui désire fluorer l'eau de Montréal, devrait consulter son éminent homologue, le Dr. Hardy Limeback, chef du Département de la prévention dentaire à l'Université de Toronto.  Il était l'un des principaux partisans et défenseurs du fluorure au Canada. Un jour il se réveilla, réalisant qu'on lui avait fourni de fausses données. Il fit ses propres recherches et découvrit que les fluorures altèrent la structure basique de l'ossature humaine. Il déclara par la suite que le Canada dépense plus d'argent à traiter la fluorose dentaire (causée par le fluorure) que la carie dentaire. Il avoua avoir mal guidé et conseillé les gens, parce qu'il s'était obstinément refusé d'étudier les rapports de toxicologie, facilement et amplement disponibles à quiconque: "Je ne voulais certainement pas empoisonner les enfants… mais aujourd'hui je me rachète en dénonçant avec ardeur les fluorures devant tous ceux qui veulent savoir ce que j'ai découvert." Il faut admirer l'honnêteté de ce dentiste et ses paroles nous indiquent que nous avons une profession médicale et pharmaceutique qui prétend connaître ce qui est bon pour nous, alors que tout ce qu'elle fait consiste à répéter la position officielle, sans nuance aucune. 

On retrouve des fluorures même dans l'eau embouteillée que vous achetez au supermarché. Eh oui ! de 3 à 33 ppm. (parties par million), selon la marque, sous forme d'ions fluorés.  Sur 10 marques examinées, seulement deux n'affichent pas d'ions fluorés. Tous les jus, boissons gazeuses et autres produits alimentaires qui contiennent de l'eau comme ingrédient pourraient facilement en contenir et en contiennent souvent, car l'eau provient du robinet du fabriquant, qui est souvent fluorée.


On n'a JAMAIS réussi à prouver que les fluorures réduisent la carie dentaire.  Des données indiquent que les villes qui ne fluorent pas l'eau ont moins de dentistes par habitant, moins de caries dentaire et moins de problèmes de fluorose. Depuis le début de la fluoration, toutes les recherches sur les "bienfaits des fluorures'' ont été financées par les cartels des producteurs d'aluminium, principalement la famille Mellon (alumineries Alcoa), qui sont à l'origine de cette fraude. Aucune de nos institutions de santé ne semble s'être donné la peine de vérifier les rapports de toxicité et de pathologie des fluorures. 

Le fluorure ne protège pas l'émail des dents, il s'attaque aux os et cause des problèmes d'arthrite, d'arthrose et d'ostéoporose. Il s'attaque également à la dentition. Les dents d'une personne atteinte de fluorose présentent des taches blanches, qui deviennent ensuite rougeâtres et friables. 

 

Lisez ce qui est écrit comme avertissements sur vos propres tubes de pâte à dent. La marque ORAL "B" par exemple:

 

 "Avertissement : Garder hors de la portée des enfants.  En cas d'ingestion accidentelle d'une quantité plus grande que celle nécessaire pour le brossage, demander de l'aide professionnelle ou s'adresser à une centre anti-poison immédiatement.  Ingrédient actif: Fluorure de sodium 0.248%". 

 

Sur les autres tubes, on peut lire : "Les enfants doivent être supervisés lors du brossage."  Combien de parents sont présents avec leurs enfants lorsqu'ils se brossent les dents ?  Très peu.  

Que faire ? Écrivez au Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, écrivez à vos élus et exprimez-leurs vos ressentiments.  Surtout, faites circuler l'information.  Il est grand temps de passer à l'action. 

 

 

LA FLUORATION DE L'EAU EST INACCEPTABLE POUR AU MOINS DIX RAISONS :


1. DOSAGE INCONTRÔLABLE
Il est impossible d’ajouter précisément un produit (une médication) à l’eau traitée. N’imaginez pas qu’il y a de grosses citernes d’eau filtrée, bien calibrées, où l’eau y repose tranquillement attendant de se voir ajouter des fluorures. Il serait trop facile de calculer ainsi 1 ppm (une partie par million = 1 gr / 1 000 litres d’eau). Le traitement est un processus continu.  Et il est absolument impossible de savoir combien de litres ou de mg de fluor les gens consomment. Nous ne sommes pas tous aussi sensibles les uns que les autres à un agent chimique.  Les enfants et les adultes buvant beaucoup d’eau (comme les travailleurs et les diabétiques) reçoivent à coup sûr une surdose.

2. AUCUNE MARGE DE SÉCURITÉ
Les doses reconnues comme «optimales» et sécuritaires (et pour ne pas dire bénéfiques) sont tout à fait désuètes. La concentration de 1 ppm fut établie voilà plus de 50 ans, alors que l’exposition aux produits fluorés était très limitée.  Les gens étaient surtout affectés par les émanations des industries et à cette époque les aliments préparés et les boissons étaient sans fluor. En 1950, on disait qu’à 1 ppm on avait une marge de sécurité, mais qu’à 1,5 ppm on en avait plus.

3. NOUS EN CONSOMMONS DÉJÀ BEAUCOUP TROP
Disons qu’on peut dire que le fluor n’est pas biodégradable. Le fluor s’accumule dans la biosphère et les sols ont vu s’élever radicalement leur concentration en fluor. Qu’on le veuille ou non, nous consommons déjà des fluorures: dans l’air que l’on respire, par l’eau que l’on boit (non fluorée) et dans les aliments et boissons que nous consommons. Du jus de raisin peut contenir jusqu’à 6,8 ppm de fluor!!! Tous les produits fabriqués dans des municipalités où l’on fluore l’eau, contiennent du fluor.

4. LE FLUOR EST CANCÉROGÈNE
Cela a été démontré dans plusieurs études, que ce soit chez les cultures de cellules, chez les animaux et chez les humains. Le fluor s’associe rapidement avec les éléments qui l’entourent. Ce processus chimique est particulier aux halogènes manquant un seul électron pour saturer la couche extérieure de l’atome (7/8). C’est pour cette raison qu’on ne retrouve pas le fluor comme élément simple dans la Nature. Il partage toujours un électron avec d’autres éléments. Cette mauvaise habitude naturelle le rend très nocif pour l’organisme. En volant un électron à tout ce qui l’approche, il agit comme un radical libre (reconnu comme étant une des causes des cancers).

5. LA FLUORATION NE PRÉVIENT PAS DU TOUT LA CARIE DENTAIRE
Le fait d’ajouter du fluor à l’eau de consommation n’a jamais été prouvé scientifiquement comme étant efficace pour réduire la carie. Les populations non fluorées n’ont pas plus de caries dentaires, pas plus les villes qui ont cessé la fluoration n’ont vu un accroissement des caries. Plusieurs études démontrent même que les régions non fluorées ont moins de caries dentaires. Si le fluor était indispensable à la formation de dents saines, il serait abondant dans le lait maternel, et ce n’est pas le cas.

6. LA FLUOROSE, UNE MALADIE CAUSÉE PAR LE FLUOR
Selon le National Research Council, la fluorose atteint entre 8 à 51% et parfois jusqu’à 80%, des enfants des régions fluorées. La fluorose n’est pas juste un problème esthétique. En fait, au lieu de prévenir la carie, le fluor s’accumule dans la dent (et dans les os) et la rend friable. Mais les études, sur lesquelles les compagnies et les associations dentaires se basent pour affirmer que le fluor prévient la carie, ne considèrent pas l’effritement causé par la fluorose comme de la «carie»!

7. LA FLUORATION EST TRÈS COÛTEUSE
Premièrement, ça prend des installations spéciales pour appliquer le fluor dans une usine de traitement d’eau. En plus de former les gens, d’importantes mesures de sécurité sont requises, car on manipule des produits hautement toxiques. Par la suite, les agents fluorés utilisés sont très coûteux, les compagnies en profitent bien entendu. Certaines industries ont même vendu leurs résidus toxiques avec un faramineux profit de 20,000% (oui, vingt mille). Mais, calculée par tête d’habitants, la somme paraît minime. OH, ET PUIS, l’être humain consomme moins de 1% de l’eau du robinet!!! 99% du fluor utilisé en fluoration se retrouve dans les égouts... c’est exactement ce que voulaient les industries... et ils sont payés en plus. Ajouté à cela, l’accroissement des frais médicaux reliés à tous les malaises associés à l’intoxication au fluor (fractures de la hanche, calcification des articulations et ligaments, cancers des os et autres cancers, ostéoporose, allergies, empoisonnements et décès). Il en coûterait moins cher de traiter les caries supplémentaires (s’il y en a) que de traiter les cas de fluorose. On évalue, seulement en Californie, des coûts de 900 millions de dollars par année pour traiter la fluorose.

8. FLUOR, RÉSIDU INDUSTRIEL TOXIQUE 

Ce sont les industries de fertilisants phosphatés et les raffineries d’aluminium qui bénéficient le plus de la fluoration. Le fluor est l’un de leurs résidus et est considéré hautement toxique et très difficile à s’en débarrasser sans intoxiquer l’environnement (sol, eau et air). Il leur en a coûté énormément moins cher de payer des pseudo-scientifiques pour faire des recherches truquées et de financer les campagnes électorales, que de disposer de ces déchets toxiques. Les petits futés ont trouvé moyen de transformer déchet toxique en or, résidus industriels encombrants en produit de santé dentaire! Avant la fluoration, le seul débouché était le poison à rats. ON PEUT COMPRENDRE QUE LES POLITICIENS GOBENT TOUT CE QUI EST VERT (couleur du fluorure et de l’argent), MAIS DIRE QU’IL Y A DES DIPLÔMÉS UNIVERSITAIRES EN SANTÉ (générale et dentaire) QUI AVALENT CELA !!!

9. LES RECHERCHES SONT BIAISÉES 

Lorsque les résultats d’une recherche scientifique ne supportent pas l’utilisation du fluor, les fonds sont immédiatement retirés, et les rapports ne sont pas publiés. Tous les organismes concernés par la fluoration se basent sur des rapports et preuves «scientifiques». Pourtant, la pratique veut que les documents «sérieux» et vraiment «scientifiques» soient publiés, cela normalement dans les revues scientifiques et médicales reconnues. De nombreux rapports d’études officiels sont simplement refusés par l’éditeur, d’autres publications sont totalement biaisées ou partielles. TOUT CELA QUE POUR NOUS FAIRE ACCEPTER LA CONSOMMATION FORCÉE D’UN PRODUIT TOXIQUE !!! Doit-on vraiment poursuivre ce genre de recherches ???

10. LA FLUORATION EST ILLOGIQUE ET INACCEPTABLE
Plusieurs institutions de recherches sont devenues prostituées par les gigantesques subventions et bourses délivrées par les compagnies et cela dans un seul but bien précis. Nos politiciens ne sont guère mieux, des pantins dont l’argent leur font dire “oui” ou “non” selon la nécessité des industries, ces dernières étant de larges financiers des partis politiques. Cessons d’être des marionnettes silencieuses du système économique et refusons d’être des champs d’épuration de déchets toxiques. Interdisons l’ajout de produits toxiques sans notre consentement. La fluoration est la plus grande fraude scientifique. Nombre de scientifiques sont maintenant honteux de faire partie de cette communauté.

 

LA FLUORATION, UNE GOUTTE DE TROP !

angelo@planetshift.org
© 2005/2006 - www.presselibreinternationale.com/fluor 
Aucun droit réservé - À distribuer librement