banniere

   Accueil

 

 

 

 

 

Les proffesionnels de l’EPA (l'Agence de protection environnementale des États-Unis) demandent un moratoire national  sur la fluoration de l’eau

 

Adaptation Française: Action Fluor Québec

 

1er septembre 2005

Aux États-Unis, onze syndicats de l’EPA, représentant plus de 7000 professionnels américains  de la santé, dont plus de 1000 scientifiques, demandent un moratoire national sur les programmes de fluoration d’eau potable. 

La demande s’appuie sur les résultats d’une étude récente de l’Université Harvard  datant du 5 août et qui révèle un lien statistique significatif entre la consommation d’eau fluorée et un risque accru d’ostéosarcome (cancer des os) chez les jeunes hommes.

Les syndicats professionnels de l’EPA, conjointement à plusieurs autres groupes d’employés gouvernementaux, remettent publiquement en question les résultats d’une étude de Harvard dirigée par Chester Douglass, pour avoir minimisée les risques de cancer chez les garçons.  Douglass est directeur du département de politique en matière de santé orale et épidémiologie (Department of Oral Health Policy and Epidemiology) de l’université de Harvard.

Cette controverse fait suite aux résultats publiés par Elise Bassin, étudiante au doctorat sous la direction de Douglass, qui rapportait dans sa thèse de 2001 que les garçons qui boivent de l’eau fluorée souffrent d’un risque accru de cancer.  Pourtant, les résultats de Bassin étaient basés sur une portion des mêmes données que celles qui furent utilisée dans l’étude de Douglass.  Une analyse effectuée par les professionnels de l’EPA suggère que les résultats de Bassin indiquent maintenant que le risque de cancer chez les garçons buvant de l’eau fluorée est de 5 à 7 fois plus élevé. 

C’est en juillet que l’université Harvard se décida a investiguer les résultats amoindris publiés par Douglass.   Dans les résultats de 2004 de sa recherche,  Douglass, qui est l’éditeur en chef d’un journal publié par Colgate Palmolive, mentionnait qu’il n’y avait aucun lien statistique significatif entre le cancer et le fluor.   Il y citait des références scientifiques pour appuyer les résultats de ses recherches, tout en omettant de mentionner que ces mêmes références indiquaient elles aussi une nette association entre la fluoration de l’eau et un risque accru d’ostéosarcome.  Le Colgate Oral Care Report, journal édité par Douglass, est un périodique subventionné par Colgate Palmolive, compagnie qui utilise le fluor dans ses pâtes à dents.  Pour cette raison, Douglass est maintenant non seulement accusé d'être en conflit d'intérêt, mais d'avoir également commis une fraude scientifique.

Dans une lettre envoyée à l’EPA, les professionnels de l’EPA demandent à la division d’investigation criminelle de l’EPA (EPA's Office of Criminal Enforcement) de faire enquête pour savoir pourquoi les résultats de Bassin (qui font partie de l’étude de 7 ans de Harvard) qui établissent un lien entre le fluor et le cancer sont demeurés cachés aux autorités de l’EPA pendant 4 ans.

Depuis le milieu des années 40, les fluorures sont utilisés dans le but de diminuer le taux de carie dentaire.  Les services de santé américains ont rapidement développé des balises pour fluorer l’eau potable, en rendant ainsi son usage de plus en plus courant.  La plupart des groupes scientifiques, dont l’Académie Nationale des Sciences, en appuyaient l’usage. Cependant, malgré tous ces appuis, les critiques sur les effets cachés de cette pratique n’ont cessé d’affluer vers l’EPA.

Dans les années 80, les professionnels de l’EPA proposaient une concentration limite de fluor dans l’eau de 4mg par litre. Cette recommandation ne tiendra plus. Les professionnels de l’EPA attendent maintenant qu’Harvard dévoile publiquement les résultats de son enquête, avant de proposer l’abolition totale de la fluoration de l’eau dans tout le réseau d’aqueduc américain.

C’est suite aux résultats des recherches scientifiques des 10 dernières années que les professionnels EPA ont décidé de réviser leur position en matière de fluoration d’eau.  Ils ont également formellement demandé au Conseil national de recherche (National Research Council) de reconsidérer les normes de sécurité de l’EPA.  Les professionnels de l’EPA s’attendent à un rapport pour 2006. 

Pour télécharger la lettre de l'EPA envoyée au Congrès américain et demandant un moratoire national sur la fluoration de l'eau.  Cliquez ici.  

Téléchargez le résumé de la thèse doctorale de Bassin qui établie un lien significatif entre la consommation d’eau fluorée et un risque accru de cancer des os chez les garçons, Harvard Medical School.  Cliquez ici