Accueil

 


                     

 

               

fces FCES 

 Front commun pour une eau saine

 

La fluoration de l'eau : un pari risqué
Que disent les études scientifiques ?

 

Nous présentons ici quelques études scientifiques, menées par des chercheurs reconnus.  Ces études ont été publiées dans des journaux scientifiques avec comité de lecture.  En fait, chaque année qui passe voit s'empiler le nombre d'études scientifiques qui démontrent les effets potentiellement nocifs de la fluoration pour la santé humaine.

Voici quelques études et un avis récents qui valent la peine d'être mentionnés :

1. Dans un avis de novembre 2006, l'Association dentaire américaine demande d'informer les parents pour que les bébés évitent l'eau fluorée, en raison du risque de fluorose dentaire :
Voir : Les bébés ne doivent pas boire de l'eau fluorée
Ref.: ADA e-gram « Interim Guidance on Reconstituted Infant Formula », November 9, 2006.

 2.   Dans un rapport de 450 pages publié en mars 2006, la plus prestigieuse autorité scientifique des États-Unis, l’Académie nationale des sciences des États-Unis (NRC, 2006), confirme que les niveaux autorisés actuels de fluorure dans l’eau potable peuvent engendrer une surdose de fluorure et qu’ils contribuent à une augmentation des taux de fracture des os, de dommage aux dents et aux articulations (arthrite). Dans ce même rapport, on admet également que l'eau fluorée est possiblement liée à des troubles neurologiques (QI réduit chez les enfants, démence, syndrome de Down, maladie d'Alzheimer), du système endocrinien (glandes thyroïde et pituitaire), du système immunitaire (affecte la moelle des os, là où sont produites les cellules immunitaires), du
système digestif, de l'appareil génital, de organes internes (foie et reins). L’eau fluorée pourrait également exacerber le diabète, le cancer et les effets synergiques de l'aluminium et du fluorure.
Voir : Rapport du NRC, 2006
Ref.: National Research Council, NRC report 2006.

3. En mai 2006, un article publié dans le journal scientifique Cancer Causes and Control vient finalement publier les résultats issus de l'étude la plus exhaustive jamais réalisée sur l’effet potentiellement cancérigène du fluorure. Cette étude, effectuée à l’Université de Harvard, conclut que les garçons qui boivent de l'eau fluorée (dont les niveaux de fluorure sont considérés sécuritaires par les autorités dentaires) sont de 3 à 7 fois plus susceptibles d'êtres atteints du cancer des os, une affection généralement mortelle chez les enfants.
Voir : Étude de Harvard, 2006
Voir aussi : Rapport du NRC, 2006
Ref.: Bassin, E.; Wypij, D.; Davis, R.; Mittleman, M.. Age-specific Fluoride Exposure in Drinking Water and Osteosarcoma.  Cancer Causes and Control, Volume 17, Number 4, May 2006, pp. 421-428(8).

4.  En janvier 2007, une étude publiée dans Environmental Health Perspectives conclut que le fluorure dans l’eau potable réduit le QI et la croissance des enfants qui en ingèrent.
Voir :  http://www.ehponline.org/members/2007/9270/9270.pdf
Réf.:  Environmental Health Perspectives, 2007.

Cette étude fait suite à une longue liste de recherches qui confirment que le fluorure est un neurotoxique :

-  L’étude publiée dans The Lancet (2006) qui ajoute le fluorure à la liste de substances neurotoxiques.
Voir : http://www.kevinleitch.co.uk/wp/wp-content/uploads/2006/11/chemicallist.pdf
Ref.: Grandjean, The Developmental neurotoxicity of industrial chemicals, The Lancet, 2006.

-  Une demi-douzaine d’étude chinoises qui établissent un lien entre fluorure et QI réduit chez les enfants.
Voir les études sur les effets neurologique du fluorure : Effets neurologiques

-  Plus de 30 études animales indiquant que le fluorure peut affecter le cerveau (une étude à 1 ppm de fluorure).
Voir les études animales : http://www.fluoridealert.org/health/brain/index.html#animal1

-  L’étude de Luke (2001) qui démontre que le fluorure s’accumule dans la glande pinéale.
Voir : http://www.icnr.com/jluke/fluoridedeposition.html
Ref.:  Luke, Fluoride Deposition in the Aged Human Pineal Gland, Caries Res 2001;35:125-128.

-  L’étude de Mullenix (1996) qui démontre des problèmes de comportement chez les rats qui boivent de l’eau fluorée à mesure que le fluorure  s’accumule dans le cerveau.
Voir : 
Témoignage du Dr Mullenix

  http://www.fluoridealert.org/health/brain/mullenix1995.pdf
Ref.: Mullenix, Neurotoxicity of fluoride, Fluoride, 1996, 29:2, 57-58.

5.  Des centaines d'études scientifiques qui remettent en cause la fluoration de l'eau peuvent être consultées ici : Bibliographie des études révisées par les pairs
 

Pour d'avantage d'information sur le sujet, consultez l’ouvrage du collectif Pierre-Jean Morin, Ph. D. médecine expérimentale, Me John Remington Graham et Gilles Parent, N.D. intitulé « La fluoration : Autopsie d’une erreur scientifique » paru aux éditions Berger en 2005 :
Voir : Autopsie d'une erreur-médicale

Une précision importante : s'il n'y a pas de loi qui force les villes à fluorer l'eau potable, c'est n'est pas parce que la santé publique a voulu adopter une mesure sur une base volontaire à l'origine.  C'est plutôt en raison des risques pour la santé, risques soulevés dès que l'on a voulu forcer les villes à fluorer l'eau.  En 1976, le gouvernement du Québec a en effet adopté une loi imposant la fluoration de l'eau à toutes les villes, mais en 1979 un rapport résolument défavorable à la fluoration a été déposé par un groupe d'experts du Ministère de l'Environnement.  Le gouvernement a alors décidé de changer son fusil d'épaule et depuis, ce sont les villes qui doivent prendre la décision de fluorer l'eau ou non. Ce rapport, que l'on a appelé Livre Rouge, est disponible gratuitement sur internet : Le livre rouge

Finalement, contrairement aux affirmations de la santé publique, la présence du fluor dans la nature et dans l'eau n'en fait pas un nutriment, ni un élément essentiel à la santé.  Le plomb, l’arsenic, et le mercure sont aussi présents dans l’eau, pourtant des municipalités paient cher pour s'en débarrasser.  Santé Canada reconnaît que le fluorure N'EST PAS un élément essentiel à la santé et on ne peut donc pas défendre l'idée selon laquelle il serait 'bénéfique' d'en avaler.
Voir :  Le fluor n'est pas un élément essentiel à la santé

=======================================