banniere

   Accueil

 

 

 

International Academy of Oral Medicine and Toxicology

 

Montréal, le 15 octobre 2005

Monsieur Philippe Couillard
Ministre de la Santé et des Services Sociaux
600, rue Fullum, 7e étage
Montréal (Québec) H2K 4S7


OBJET : FLUORATION DES EAUX DANS LE BUT DE PRÉVENIR LA CARIE DENTAIRE


Monsieur le Ministre,

L’International Academy of Oral Medicine and Toxicology (IAOMT) est un regroupement scientifique de plus de 450 chercheurs, dentistes et médecins de 14 pays déterminés à assurer la sécurité des produits utilisés en médecine dentaire moderne.

L’IAOMT considère officiellement que la fluoration de l’eau constitue une mesure de santé publique désuète et inefficace pour réduire la carie dentaire - en plus d’être non sécuritaire et d’aller à l’encontre des principes d’éthique médicale

En fait, entre 83% et 90% des caries débutent aujourd’hui dans les puits et fissures des dents des enfants. Ces caries ne peuvent être prévenues par le fluor; elles sont prévenues par les scellants.

Les dents des enfants du Québec s’en porteraient bien mieux à notre avis si au lieu de fluorer notre eau de consommation – dont 99% n’est même pas bue :

1. le programme dentaire de la RAMQ remboursait les scellants à puits et fissures effectués chez les dentistes, et,

2. les programmes de prévention de la carie ciblant les groupes à risques étaient mis de l’avant.

La U.S. National Academy of Sciences est présentement à réexaminer la polémique de la fluoration de l’eau et doit rendre son rapport publique au début 2006. Nous vous recommandons d’attendre ce rapport avant de considérer fluorer l’eau des québécois.

Respectueusement soumis,

Pierre Larose, DDS, FAGD
Vice-président,
International Academy of Oral Medicine and Toxicology
750, boul. Marcel-Laurin, bureau 100
Saint-Laurent (Québec) H4M 2M4
Tél. : (514) 747-4949
Courriel :dr.larose@videotron.ca



p.j. : Lettre du docteur Hardy Limeback, directeur du département de dentisterie préventive de l’Université de Toronto qui dirigeait l’effort de fluoration pour l’Association Dentaire Canadienne jusqu’en 1999, qui a réalisé l’erreur de la fluoration et qui, depuis, s’oppose à cette mesure de santé publique.