banniere

   Accueil

 


                     

 

acme

L'Association canadienne des médecins pour l'environnement se prononce sur la fluoration de l'eau

 

"La fluoration de l'eau est scientifiquement indéfendable et ne devrait pas faire partie des programmes ou initiatives de santé publique." - 

Association canadienne des médecins pour l'environnement

______________________________________________________________

Adaptation française: Action Fluor Québec

 

"La fluoration de l'eau est une mesure scientifiquement indéfendable et ne devrait pas faire partie des programmes ou initiatives de santé publique", affirme l'Association canadienne des médecins pour l'environnement (ACME) dans un nouveau communiqué.  L'ACME est une organisation canadienne qui travaille activement sur les enjeux liés à la santé environnementale. 

Alors que de plus en plus de communautés canadiennes de l'Alberta, de l'Ontario et du Québec s'opposent fermement à la fluoration, l'ACME énonce que:

A) la fluoration explique difficilement le déclin du taux de carie dentaire en Europe et en Amérique du Nord;

B) les effets non désirables éventuels du fluorure sur la santé sont bien réels, et

C) les données probantes actuelles indiquent qu'il vaut mieux agir avec prudence.

Les membres de l'ACME font maintenant partie de la liste grandissante des experts environnementaux qui demandent de mettre fin à la fluoration de l'eau.  Parmi ceux-ci on retrouve:

• Vyvyan Howard, MD, PhD, Président de la Société internationale des médecins pour l'environnement

• Ken Cook et Richard Wiles, du groupe américain très en vue Environmental Working Group

• Lois Gibbs, du Center for Health, Environment, and Justice

• Joseph Mercola, Docteur en Ostéopathie

• Theo Colborn, PhD, co-auteur du livre best-seller Our Stolen Future

• Sam Epstein, MD, Président de la Coalition pour la prévention du Cancer (Cancer Prevention Coalition)

• Le président actuel et les six anciens président de l'Académie internationale de médecine orale et de toxicologie

• Les membres du Conseil d'administration (2007) de l'Académie de médecine environnementale des États-Unis

• Cinq lauréats du prestigieux  Prix Goldman (2006, 2003, 1997, 1995, 1990), qui récompense les figures marquantes de la scène environnementale internationale  

Ce ne sont-là que quelques-uns des 2000+ professionnels du monde entier qui réclament la fin de la fluoration: Cliquez ici.

______________________________________________________________

  

L'association canadienne des médecins pour l'environnement se prononce sur la fluoration de l'eau

Adaptation française: Action Fluor Québec

Communiqué sur la fluoration de l'eau potable -  Septembre 2008

L'association canadienne des médecins pour l'environnement  (ACME) n'appuie pas la fluoration de l'eau potable pour les raisons suivantes:

1) Dans les communautés où l'eau est fluorée, on a observé le déclin significatif du taux de carie dentaire  -- Cependant, le même déclin a été observé dans les communautés non fluorées.  En fait, on observe le déclin généralisé du taux du carie dans tous les pays occidentaux et le déclin n'est pas plus prononcé dans les villes fluorées que dans les villes non fluorées. Par exemple, l'eau de la Colombie britannique est dépourvue de fluorure à 95%, alors que celle de l'Alberta est fluorée à 75%; pourtant ces deux provinces présentent des taux de carie similaires.  En outre, 98% des collectivités européennes ne fluorent pas l'eau de consommation, et pourtant la santé dentaire globale y est généralement équivalente ou même meilleure que celle de l'Amérique du Nord. Quelle que soit la raison qui explique le déclin des caries, on ne peut pas conclure qu'il résulte de la fluoration de l'eau.

2) Il est plausible que l'incidence des effets toxiques causés par la fluoration chez les êtres humains ait été sous-estimée.  L'effet éventuel le plus grave concerne le lien entre la fluoration et la hausse du cancer des os chez les garçons, qui semble avoir été peu investigué en relation à l'âge de l'exposition.  Il est vrai que le CDC, tout comme les scientifiques à l'origine de cette découverte, reconnaissent que les  données actuelles sont non définitives. Une études à plus grande échelle est d'ailleurs sur le point d'être menée à l'École de dentisterie de l'Université Harvard. Au mieux, ces données forment le fondement pour des actions prudentes.

3) Les études animales ont montré un large éventail d'effet néfastes associés au fluorure. On a trouvé que le fluorure est possiblement un agent immunotoxique, embryotoxique et neurotoxique, et qu'il est dommageable pour les tissus osseux, incluant les dents. De plus, il peut inhiber la fonction de la glande thyroïde chez de nombreuses espèces, tout comme chez les êtres humains. Bien que ses effets sur les écosystèmes aient été peu étudiés, il est fort probable qu'ils soient bel et bien réels.

4) L'apport en fluorure issu de l'eau potable est incontrôlable et peut causer la fluorose dentaire chez les enfants, surtout s'ils boivent beaucoup d'eau. L'eau fluorée naturellement et artificiellement peuvent en être la cause. Dans ce cas, les effets visibles ne sont que la représentation de qui se passe dans l'ensemble du squelette. Le coût associé à la réparation des dents endommagées par la fluorose n'est pas minime; la fluorose modérée à sévère peut entraîner des coûts supérieurs à $15,000.

Il apparaît clairement que:

a) la fluoration explique difficilement le déclin du taux de carie dentaire en Europe et en Amérique du Nord;

b) les effets non désirables éventuels du fluorure sur la santé sont bien réels; et

c) les données probantes actuelles indiquent qu'il vaut mieux agir avec prudence.

Au cours de la dernière décennie, le taux d'exposition recommandé au fluorure n'a cessé de décliner et les mises en garde se sont faites plus fréquentes.  Quel que soit le bénéfice attribué au fluorure, le taux d'exposition souhaitable est entièrement réalisable par l'entremise d'applications topiques pratiquées par les professionnels de la santé dentaire, et non pas par l'ingestion de fluorure. [L'analyse du Dr. Hardy Limeback, Directeur du département de Médecine dentaire préventive de l'Université de Toronto, fournit les données requises pour clarifier ce point.]

En nous basant sur le "poids des données probantes", nous croyons que la fluoration de l'eau est une mesure scientifiquement indéfendable et qu'elle ne devrait pas faire partie des programmes ou initiatives de santé publique.

Sept-2008.