banniere

   Accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est aussi simple 

que 1,2,3 !



Du FLUOR dans

l ’eau ?


1, 2, 3 : NON, merci !

 

Téléchargez le dépliant de l'AMDHQ (document PDF) : Cliquez ici.

 

 

 

 

 

 

Du FLUOR


dans l ’eau?

 

 

1, 2, 3 : NON, merci !
   

 

Les références scientifiques pour les affirmations
énoncées dans ce document se retrouvent 

au site Web de l’Association :
www.amdhq.qc.ca

 

 

L'Association de médecine dentaire holistique du Québec est une association formée essentiellement de dentistes dont la philosophie de pratique est centrée sur une vision globale de la santé.  Les deux lignes directrices de cette approche sont :


• "D'abord ne pas nuire" (le premier précepte d'Hippocrate), et
• "Penser globalement , agir localement"


La mise en pratique de ces deux principes se manifeste par le souci de n'utiliser que des matériaux biocompatibles, c'est-à-dire non agressants pour l'organisme.

 

---------------------------

 

Depuis plus de 50 ans, les scientifiques débattent le bien-fondé d’ajouter artificiellement des fluorures dans l’eau afin de réduire la carie dentaire. L’AMDHQ a officiellement pris position contre cette mesure de santé publique dépassée.


Pourquoi?
C’est aussi simple que 1, 2, 3 !

 

 

La fluoration :
1. est potentiellement dangereuse pour la santé,
2. est inefficace pour réduire la carie, et,
3. ne respecte pas les principes d’éthique médicale

 

 

 

1. DANGERS POTENTIELS

 

a. La fluorose : L’enfant dont les dents apparaissent en première page souffre de fluorose dentaire, d'ingestion excessive de fluor . L’incidence de fluorose dentaire a augmenté dramatiquement en Amérique du Nord récemment. Et il y a un lien direct entre la dose de fluor ingérée et la sévérité/ prévalence de la fluorose. Environ 12% des enfants buvant de l’eau fluorée nécessitent des soins dentaires cosmétiques à cause de l’apparence inacceptable de leurs dents avant. Il faut être naïf pour croire que l’émail des dents est le seul tissu endommagé par l’excès de fluor à long terme.

 

b. Fracture accrue des os : La moitié de tous les fluorures ingérés demeurent dans le système squelettique et s’accumule avec l’âge. Plusieurs études épidémiologiques récentes associent le risque élevé de fracture des os suite l’ingestion d’eau fluorée pendant quelques années seulement.

 

c. L’acide hydroflurosilicique, qui est récupéré des cheminées lors de la production des fertilisants aux phosphates et vendu à la majorité des villes nord-américaines pour fluorer l’eau, n’a jamais été vérifié pour sa sécurité. Cet acide est contaminé de traces de métaux lourds comme le plomb, l’arsenic et le radium qui s’accumulent dans le corps humain.

 

d. Maladies : L’ingestion excessive de fluorures aura des effets néfastes sur plusieurs systèmes biologiques. Les études révèlent des interférences avec le système reproductif, l'épiphyse et la fonction de la thyroïde. En doses industrielles, il cause le cancer.

 

 

2. INEFFICACE POUR RÉDUIRE LA CARIE DENTAIRE

 

a. Pas moins de caries : Les études modernes démontrent que les taux de caries sont si bas en Amérique du Nord que les effets de la fluoration ne peuvent être mesurés. Même lorsque de grandes populations sont étudiées, les bénéfices de la fluoration ne sont pas cliniquement pertinents (moins d’une demi surface de dent cariée par personne).


b. Carie en baisse : Les taux de carie diminuent régulièrement partout dans le monde depuis le début du siècle. La fluoration de l’eau n’a rien changé. Voir graphique à droite.


c. Effet de surface seulement : Nous comprenons maintenant mieux les mécanismes de prévention de la carie reliés aux fluorures. Ils agiraient topiquement seulement; donc nul besoin de les avaler. Le fluor n’est pas un nutriment essentiel.
Les enfants ne devraient pas consommer des ’suppléments’ de fluor. La notion de fluorures systémiques est dépassée et doit être abandonnée.

 

 

3. CONTRE LES PRINCIPES D’ÉTHIQUE

 

a. Médication de masse : La problématique d’ajouter à l’eau de consommation une drogue non approuvée, sans le consentement libre et éclairé de chaque individu qui consomme cette eau, doit être considérée. De plus, la dose de fluor ainsi ingérée ne peut être contrôlée par le consommateur. La majorité des boissons et aliments préparés en Amérique du Nord ont déjà été contaminés par la fluoration artificielle. Le droit des individus à une eau pure non médicamentée l’emporte haut la main sur le droit de la société d’imposer cette mesure de santé publique inefficace.

 

b. Hypersensibilités : Plusieurs personnes sont hypersensibles au fluor et ne peuvent en consommer. Les gens qui ont des problèmes de reins, les jeunes enfants et les athlètes qui consomment beaucoup d’eau sont à risque. La société paiera-t-elle pour les systèmes de filtration visant à retirer le fluor artificiel dans les domiciles de ces gens? 

 

Déclin graduel de la carie dans le monde depuis 1930: avec ou sans fluoration :

 

Ces preuves nous ont convaincus que les risques associés à la fluoration dépassaient largement les bénéfices potentiels. Nous sommes d’avis que les sommes d’argent devant servir à cette mesure seraient mieux investies à rembourser les scellants de puits et fissures des dents des jeunes québécois et à éduquer les parents dans les milieux où les taux de carie sont plus élevés .

 

 

C’est aussi simple que 1, 2, 3 !

 

Du FLUOR dans

l ’eau ?

 

1, 2, 3 : NON, merci !

 

 

AMDHQ

750, boulevard Marcel-Laurin, bureau 100
Saint-Laurent (Québec)
H4M 2M4

 

Téléphone: (514) 333-4020
Télécopie: (514) 747-5209
Courriel: info@amdhq.qc.ca
Site Web: www.amdhq.qc.ca