banniere

       Accueil     

 

 

 

 

 

 

Données scientifiques sur les effets biologiques des fluorures

 

.


 

Données scientifiques sur les effets biologiques des fluorures

Adaptation française: Action Fluor Québec

"La fluoration est la pire fraude scientifique de ce siècle." Robert Carlton, Ph.D.,ancien scientifique de l’U.S. EPA, scientifique consultant de l’émission "Marketplace", Société Radio-Canada, 24 nov. 1992

"Dans le dossier de la fluoration, l’EPA devrait agir immédiatement pour protéger le public, non pas seulement en raison des données sur le cancer, mais à cause des données probantes sur les fractures osseuses, l’arthrite, la mutagénicité et autres effets." William Marcus, Ph.D., toxicologue senior de l’EPA, Covert Action, Fall 1992, p. 66.

 

1. L’exposition au fluorure affecte la synthèse du collagène menant à la dégradation du collagène dans les os, les tendons, les muscles, la peau, le cartilage, les poumons, les reins et la trachée.

Références:

A.K. Susheela and Mohan Jha, "Effects of Fluorure on Cortical and Cancellous Bone Composition", IRCS Medical Sciences: Library Compendium, Vol 9, No.11, pp. 1021-1022 (1981);

Y.D. Sharma, "Effect of Sodium Fluorure on Collagen Cross-Link Precursors", Toxocological Letters, Vol.10, pp97-100 (1982);

 A.K. Susheela and D. Mukerjee, "Fluorure poisoning and the Effect of Collagen Biosynthesis of Osseous and Nonosseous Tissue", Toxocologiocal European Research, Vol 3, No.2, pp. 99-104 (1981);

Y.D. Sharma, "Variations in the Metabolism and Maturation of Collagen after Fluorure Ingestion", Biochemica et Bioiphysica Acta, Vol 715, pp.137-141 (1982);

Marian Drozdz et al., "Studies on the Influence of Fluorure Compounds upon Connective Tissue Metabolism in Growing Rats" and "Effect of Sodium Fluorure With and Without Simultaneous Exposure to Hydrogen Fluorure on Collagen Metabolism", Journal of Toxological Medicine, Vol. 4, pp. 151-157 (1984).

2. Le fluorure stimule la formation granulaire et la consommation de l’oxygène dans les globules blancs, mais inhibe ces processus lorsque les globule blancs sont sollicités par une substance étrangère dans le sang.

Référence: Robert A. Clark, "Neutrophil Iodintion Reaction Induced by Fluorure: Implications for Degranulation and Metabolic Activation," Blood, Vol 57, pp.913-921 (1981).

3. Le fluorure réduit les réserves d’énergie et la capacité des globules blancs à détruire efficacement les agents étrangers dans le processus de la phagocytose. Une concentration aussi faible que 0.2 ppm de fluorure stimule la production de superoxide dans les globules blancs au repos, ce qui va pratiquement faire cesser la phagocytose. Même des quantités micro-molaires de fluorure, inférieures à 1 ppm, peuvent réduire la capacité des globules blancs à détruire les agents pathogéniques.

Références:

John Curnette, et al, "Fluorure-mediated Activation of the Respiratory Burst in Human Neutrophils", Journal of Clinical Investigation, Vol 63, pp. 637-647 (1979);

W.L. Gabler and P.A. Leong, "Fluorure Inhibition of Polymorphonumclear Leukocytes", Journal of Dental Research, Vo. 48, No. 9, pp. 1933-1939 (1979);

W.L. Gabler, et al., "Effect of Fluorure on the Kinetics of Superoxide Generation by Fluorure", Journal of Dental Research, Vol. 64, p. 281 (1985);

A.S. Kozlyuk, et al., "Immune Status of Children in Chemically Contaminated Environments", Zdravookhranenie, Issue 3, pp. 6-9 (1987).

4. Le fluorure désoriente le système immunitaire, qui pourra ensuite attaquer les tissus du corps humains et exacerber la croissance des tumeurs chez les individus prédisposés au cancer.

Références :

Alfred Taylor and Nell C. Taylor, "Effect of Sodium Fluorure on Tumor Growth", Proceedings of the Society for Experimental Biology and Medicine, Vol 119, p. 252(1965);

Shiela Gibson, "Effects of Fluorure on Immune System Function", Complementary Medical Research, Vol 6, pp.111-113 (1992);

Peter Wilkinson, "Inhibition of the Immune Syetem With Low Levels of Fluorures", Testimony before the Scottish High Court in Edinburgh in the Case of McColl vs. Strathclyde Regional Council, pp. 17723-18150, 19328-19492, and Exhibit 636, (1982);

 D.W.Allman and M.Benac, "Effect of Inorganic Fluorure Salts on Urine and Cyclic AMP Concentration in Vivo", Journal of Dental Research, Vol 55 (Supplement B), p.523 (1976);

 S. Jaouni and D.W. Allman, "Effect of Sodium Fluorure and Aluminum on Adenylate Cyclase and Phosphodiesterase Activity", Journal of Dental Research, Vol.64, p. 201 (1985).

5. Le fluorure perturbe la formation des anticorps dans le sang.

Référence : S.K. Jain and A.K. Susheela, "Effect of Sodium Fluorure on Antibody Formation in Rabbits", Environmental Research, Vol.44, pp. 117-125 (1987).

6. Le fluorure déprime l’activité de la glande thyroïde.

Références :

Viktor Gorlitzer Von Mundy, "Influence of Fluorine and Iodine on the Metabolism, Particularly on the Thyroid Gland," Muenchener Medicische Wochenschrift, Vol 105, pp. 182-186 (1963);

 A. Benagiano, "The Effect of Sodium Fluorure on Thyroid Enzymes and Basal Metabolism in the Rat", Annali Di Stomatologia, Vol 14, pp. 601-619n (1965);

Donald Hillman, et al., "Hypothyroidism and Anemia Related to Fluorure in Dairy Cattle," Journal of Dairy Science, Vol 62, No.3, pp. 416-423 (1979);

V. Stole and J. Podoba, "Effect of Fluorure on the Biogenesis of Thrroid Hormones", Nature, Vol 188, No.4753, pp .855-856 (1960); Pierre Galleti and Gustave Joyet, "Effect of Fluorine on Thyroid Iodine Metabolism and Hyperthyroidism", Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism, Vol. 18, pp. 1102-1110 (1958).

7. Les fluorures affectent les tissus du corps humain.

Références:

 T.Takamorim "The Heart Changes in Growing Albino Rats Fed on Varied Contents of Fluorine," The Toxicology of Fluorine, Symposium, Bern, Switzerland, Oct 1962, pp.125-129;

Vilber A.O. Bello and Hillel J. Gitelman, "High Fluorure Exposure in Hemodialysis Patients", American Journal of Kidney Diseases, Vol. 15, pp. 320-324 (1990);

Y.Yoshisa, "Experimental Studies on Chronic Fluorine Poisoning", Japaneses Journal of Industrial Health, Vol 1, pp. 683-690 (1959).

8. Le fluorure exacerbe le développement du cancer des os.

Références:

J.K. Mauer, et al., "Two-year cacinogenicity study of sodium fluorure in rats", Journal of the National Cancer Institute, Vol 82, pp. 1118-1126 (1990);

Proctor and Gamble "Carcinogencity studies with Sodium Fluorure in rats" National Institute of Environmental Health Sciences Presentation, July 27, 1985;

S.E. Hrudley et al., "Drinking Water Fluoridation and Osteocarcoma" Canadian Journal of Public Health, Vol 81, pp. 415-416 (1990);

P.D. Cohn, " A Brief Report on the Association of Drinking Water Fluoridation and Incidence of Osteosarcoma in Young Males", New Jersey Department of Health, Trenton, New Jersey, Nov 1992;

M.C. Mahoney et al.,"Bone Cancer Incidence Rates in New York", American Journal of Public Health, Vol 81, pp. 81, p. 475 (1991);

Irwin Herskowitz and Isabel Norton, "Increased Incidence of Melanotic Tumors Following Treatment with Sodium Fluorure", Genetics Vol 48, pp.307-310 (1963);

 J.A. Disney, et al., " A Case Study in Testing the Conventional Wisdom; School-Based Fluorure Mouthrinse Programs in the USA" Community Dentistry and Oral Epidemiology, Vol 18, pp.46-56 (1990);

D.J. Newell, "Fluoridation of Water Supplies and Cancer - an association?", Applied Statistics, Vol 26, No.2, pp. 125-135 (1977)

9. Les fluorures causent le vieillissement prématuré du corps humain.

Références:

Nicholas Leone, et al., "Medical Aspects of Excessive Fluorure in a Water Supply", Public Health Reports, Vol 69, pp.925-936 (1954);

 J. David Erikson, "Mortality of Selected Cities with Fluoridated and Non-Fluoridated Water Supplies", New England Journal of Medicine, Vol. 298, pp.1112-1116 (1978);

"The Village Where People are Old Before their Time", Stern Magazine, Vol 30, pp. 107-108, 111-112 (1978);

10. Chez les enfants, l’ingestion de fluorure par l’entremise des rince bouche et dentifrices est extrêmement nuisible à leur développement biologique, à leur longévité et à leur santé générale.

Référence: Yngve Ericsson and Britta Forsman, "Fluorure retained from mouthrinses and dentifrices in preschool children", Caries Research, Vol.3, pp.290-299 (1969);

W.L. Augenstein, et al., "Fluorure ingestion in children: a review of 87 cases", Pediatrics, Vol 88, pp.907-912, (1991);

Charles Wax, "Field Investigation report", State of Maryland Department of Health and Mental Hygiene, March 19, 1980, p. 67;

George Waldbott, "Mass Intoxication from Over-Fluoridation in Drinking Water", Clinical Toxicology, Vol 18, No.5, pp. 531-541 (1981)

11. Le fluorure réduit l’intelligence et affecte le cerveau humain.

Référence: X.S.Li et al, Fluorure, Vol 26, No.4, pp.189-192, 1995, "Effect of Fluorure Exposure on Intelligence In Children". Presented to the 20th Conference of the International Society for Fluorure Research, Beijing, China, September 5-9, 1994.

12. Les études menées sur les effets du fluorure sur les rats sont indicatifs des effets éventuels chez les êtres humains: problèmes moteurs, intelligence réduite et difficultés d’apprentissage. Les êtres humains sont exposés à des niveaux élevés de fluorure dans le plasma sanguin, et à des niveaux aussi élevés que ceux observés dans les études avec des rats. Le fluorure implique l’interruption du développement normal du cerveau; il affecte l’hippocampe qui intègre les impulsions provenant de l’environnement, la mémoire et les stimuli de pulsion, impliqués dans les décisions comportementales et la modification de la mémoire. L’expérience acquise antérieurement avec les autres substances neurotoxiques développementales signifie que l’on peut s’attendre à ce que les changements des fonctions comportementales soient comparables entre les espèces, en particulier entre les êtres humains et les rats.

Référence: Neurotoxicology and Teratology, Vol 17, No,2, p. 176, "Neurotoxicity of Sodium Fluorure in Rats", Muellenix, Denbesten, Schunior, Kernan, 1995.

13. Les fluorures s’accumulent dans le cerveau avec le temps, jusqu’à atteindre des niveaux neurologiques nocifs.

Référence: Neurotoxicology and Teratology, Vol 17, No,2, p. 176, "Neurotoxicity of Sodium Fluorure in Rats", Muellenix, Denbesten, Schunior, Kernan, 1995.

14. "Les fluorures sont des poisons protoplasmiques, ayant la capacité de modifier le métabolisme cellulaire en inhibant certaines enzymes. Les sources d’intoxication au fluorure incluent l’eau potable à concentration de 1 ppm de fluorure et plus."

Référence: Journal of the American Medical Association, September 18, 1943.

15. "L’eau potable contenant aussi peu que 1.2 ppm de fluorure cause des bouleversements du développement. Nous ne pouvons courir le risque de causer de tels bouleversements systémiques. Les torts éventuels l’emportent largement sur les bénéfices présumés."

Référence: Journal of the American Dental Association, Editorial, October 1, 1944.

   Autres faits

Un dentifrice de taille familiale contient suffisamment de fluorure pour tuer un enfant de 25 livres. En 1991, le Centre antipoison de Akron (Ohio) rapportait que "la mort a été constatée suite à l’ingestion de 16mg/kg de fluorure. Seulement 1/10 d’un once de fluorure suffit pour tuer un adulte de 100 livres. Selon le Centre antipoison, "un dentifrice fluoré contient jusqu’à 1 mg/gramme de fluorure." Même Proctor and Gamble, le fabricant de Crest, admet qu’un tube dentifrice familial "contient en théorie suffisamment de fluorure pour tuer un petit enfant."

Les fluorures ont été utilisés pour modifier le comportement et l’humeur des êtres humains. C’est un fait peu connu que les composés de fluorure ont été injectés dans l’eau potable de prisonniers pour les rendre dociles et réduire leur capacité à questionner l’autorité, par les Nazis dans les camps-prison de la IIe Guerre Mondiale et par les Soviets dans les Gulags de la Sibérie.

Au point de vue médical, les fluorures sont classés comme poisons protoplasmiques, ce qui explique leur utilisation pour tuer les rongeurs. Selon le Journal de l'American Medical Association du 18 septembre 1943, "Les fluorures sont des poisons protoplasmiques, ils modifient la perméabilité de la membrane cellulaire en inhibant certaines enzymes. Les mécanismes exacts de telles actions demeurent obscurs".

 L’ingestion de fluorure par les êtres humains augmente le taux de cancer. Le Dr John Yiamouyiannis a publié une étude préliminaire montrant que les gens qui vivent dans les zones fluorées ont un taux supérieur de cancer à celui de ceux vivant dans les zones non fluorées. L’Institut national du Cancer (National Cancer Institute) a tenté de réfuter ces études. Plus tard, en 1975, Yiamouyiannis s’est joint au Dr. Dean Burk, chimiste en chef de l’Institut national du Cancer (1939-1974) pour effectuer de nouvelles études qui seront incluses dans le bulletin du Congrès de Delaney, un membre du Congrès et l'auteur originel de l’Amendement Delaney. Cet amendement interdit l’ajout de substances cancérogènes aux aliments pour les êtres humains. Ces rapports ont tous deux confirmé l’existence d’un lien entre la fluoration et le cancer. (Note: Bien entendu, le Dr. Burk ne s’est senti libre de s’accorder avec ces faits scientifiques que lorsque sa fonction au NCI a pris fin, puisque sont travail exigeait de s’en tenir à répéter la ligne de parti).

Les fluorures ont peu d’effet, sinon aucun effet sur la prévention de la carie dentaire chez les êtres humains: En 1990, le Dr John Colquhoun est forcé de prendre une retraite anticipée en Nouvelle Zélande, après avoir mené une étude impliquant 60 000 écoliers où il n’observe aucune différence dans le taux de carie entre les zones fluorées et non fluorées. De plus, il trouve qu’un nombre substantiel d’enfant vivant dans les zones fluorées sont atteints de fluorose dentaire. Il fait ensuite connaître publiquement cette étude.

Il n’existe aucune donnée scientifique démontrant que les comprimés ou rince bouche fluorés sont sécuritaires pour les êtres humains. L’étude de 1989 de Hildebolt et al. impliquant 6 000 écoliers vient contredire les bénéfices supposés de l’utilisation du fluorure sodium. En 1990, une étude du Dr John Yiamouyiannis impliquant 39 000 écoliers vient contredire tous les avantages attribués au fluorure de sodium. En 1992, Michael Perrone, adjoint législatif au New Jersey, contacte la FDA et demande toutes les informations sur la sûreté et l’efficacité des comprimés et gouttes au fluorure. Après 6 mois de tactiques pour gagner du temps, la FDA admet n’avoir aucune donnée démontrant que ces comprimés ou gouttes sont sûrs ou efficaces. Ils informent Perrone qu’ils vont "probablement devoir retirer les comprimés et gouttes du marché."

Le fait que les dentifrices fluorés et les rince-bouche distribués dans les écoles sont dans des emballages en aluminium accentue les répercussions sur le corps. Dans une expérience menée en 1976, le Dr D. W. Allman et ses collègues de la Faculté de médicine de l’Université de l’Indiana nourrissent les animaux avec 1 ppm (partie par million) de fluorure en présence d’aluminium concentré à aussi peu que 20 ppm (comme dans les tubes de dentifrice, les casseroles pour faire bouillir de l’eau ou les cannettes des boissons gazeuses en aluminium). Il constate que le fluorure est en mesure de causer une augmentation supérieure des niveaux cycliques d’AMP. L’AMP cyclique inhibe le taux de migration des globules blancs, tout comme l’habilité de ces derniers à détruire les organismes pathogènes. (Note: Ce n’est pas sans conséquence que par hasard les tubes de dentifrice fluoré soient souvent fabriqués en aluminium.)

Référence: Journal of Dental Research, Vol 55, Sup B, p. 523, 1976, "Effect of Inorganic Fluorure Salts on Urine and Tissue Cyclic AMP Concentration in Vivo".

 

©1996 V. Valerian, Leading Edge Research Group

Voir aussi A Chronology of Fluoridation (anglais): Cliquez ici.