Accueil

 


                     

Eau Secours insatisfaite des experts interrogés par la Ville

Article publié dans Le Droit le 1er avril 2008


La coalition Eau Secours soupçonne la Ville de Gatineau de consulter uniquement des experts favorables à la fluoration de l’eau.

Alors que la Ville de Québec vient d’interrompre la fluoration après 36 ans, Gatineau envisage d’y recourir pour prévenir la carie dentaire parmi la population. Hormis quelques exceptions, la ville a entendu jusqu’ici une brochette d’experts sympathiques à la fluoration. Dentistes, hygiénistes dentaires et dirigeants de la santé publique vantent les vertus du fluor.

Désireux de faire résonner un autre son de cloche, Eau Secours a demandé à la municipalité d’entendre l’avis de Gilles Parent, auteur d’un livre qui décrit la fluoration comme une « erreur scientifique ».

Jusqu’à hier, la demande était restée lettre morte. En parallèle, Eau Secours a tenté de connaître l’identité des experts consultés à huis clos par Gatineau. Une demande d’accès à l’information a fait chou blanc. La municipalité a refusé de dévoiler ces informations avant 15 ans.

Eau Secours a décidé de réagir publiquement. « Nous sommes surpris de ne pas avoir été invités par la commission Gatineau, ville en santé. Ce qui nous fatigue, c’est qu’on n’a pas entendu l’autre côté de la médaille », a dit André Bouthillier, président de la coalition Eau Secours.

Le président de la commission Gatineau, ville en santé réfute ses allégations. « Nous n’avons pas peur de rencontrer les opposants de la fluoration, au contraire », a dit Pierre Philion.  Il promet d’entendre les représentants d’Eau Secours au mois de mai et d’inviter les journalistes.

Quant à Gilles Parent, Pierre Philion explique qu’il voulait lire son livre avant de le rencontrer. Lors de récentes vacances, il dit s’être farci La fluoration : autopsie d’une erreur scientifique.

Il précise que les experts consultés par la ville proviennent de Santé Canada, du ministère québécois de l’Environnement et de la Ville d’Ottawa. Un organisme local, le Creddo, a émis de sérieuses réserves sur la fluoration.

En général, les opposants s’inquiètent de la nocivité du fluor et mettent en doute son efficacité sur la santé dentaire. Ils craignent aussi les effets néfastes du fluor déversé dans les cours d’eau et les lacs.

Eau Secours n’a pas pris position pour ou contre le fluor. Pour le moment, l’organisme se contente de dire que cette question de santé publique devrait relever du gouvernement du Québec, pas des municipalités.

« Advenant que la fluoration soit un bienfait pour la santé publique, pourquoi traiter le dossier localement et en priver l’ensemble de la population du Québec ? » s’interroge André Bouthillier.

Pierre Philion n’est pas d’accord. « Nous sommes très bien capables, à Gatineau, de nous informer et de nous faire une idée par nous-mêmes sans attendre après qui que ce soit », rétorque-t-il.

La fluoration de l’eau existe depuis des décennies dans plusieurs provinces canadiennes et états américains. Au Québec, le procédé est peu courant et donne souvent lieu à des débats passionnés.

--------------------------------------------------------

.