Accueil     

 

 

 

 

 

 

 

 

L’impact du fluorure sur le développement neurologique des enfants

 

 

 

HSPH - École de santé publique de Harvard

L’impact du fluorure sur le développement neurologique des enfants 

Source: Harvard School of Public Health, 2012
 
Marge Dwyer

Adaptation française: Action Fluor Québec


Pendant des années les experts de la santé ont été incapables de se mettre d’accord, à savoir si le fluorure dans l’eau potable peut être toxique pour le développement du cerveau humain. Nous savons que les concentrations extrêmement élevées de fluorure sont neurotoxiques chez les adultes et des impacts négatifs sur la mémoire et l’apprentissage ont été rapportés dans les études avec les rongeurs. Cependant, nous en savons peu sur l’impact de cette substance sur le développement neurologique des enfants. Dans le cadre d’une méta-analyse, des chercheurs de l’École de santé publique de l’Université Harvard et de l’Université médicale de Chine de Shenyang ont pour la première fois combiné 27 études et ont découvert de fortes indications à l’effet que le fluorure pourrait affecter négativement le développement des enfants. En se basant sur ces résultats, les auteurs soutiennent que le risque ne doit pas être ignoré et qu’il faut plus de recherche sur l’impact du fluorure sur le développement du cerveau.

L’ étude a été publiée en ligne dans le numéro d’Environmental Health Perspectives du 20 juillet 2012.

Les chercheurs ont mené une révision systématique des études, presque toute en provenance de Chine où les risques du fluorure ont été bien établis. Le fluorure est une substance naturellement présente dans l’eau souterraine et l’exposition à ce produit chimique est plus élevée dans certaines régions de la Chine. Pratiquement aucune étude dans ce domaine n’a été menée aux États-Unis, affirme l’auteur principale Anna Choi, chercheuse au Département de Santé environnementale de Harvard.

Même si plusieurs études chinoises impliquant des enfants diffèrent sur plusieurs points ou sont incomplètes, les auteurs considèrent que la compilation des données et l’analyse conjointe constituent une première étape importante dans l’évaluation du risque.

“Pour la première fois nous avons été en mesure d’effectuer une méta-analyse complète qui pourra nous aider à planifier de meilleures études. Nous tenons à nous assurer que le développement cognitif soit considéré comme cible possible de la toxicité du fluorure.”, affirme Choi.

Choi ainsi que l’auteur senior de l’étude, Philippe Grandjean, professeur adjoint de santé environnementale à Harvard et leurs collègues ont réuni les études épidémiologiques impliquant des enfants exposés au fluorure dans l’eau potable. La base de données China National Knowledge Infrastructure a également été incluse pour localiser les études publiées dans les périodiques chinois. Ensuite, ils ont analysé les associations éventuelles entre le QI (Quotient Intellectuel) mesuré chez plus de 8 000 enfants d’âge scolaire; toutes les études, sauf une, suggèrent qu’une teneur élevée en fluorure dans l’eau pourrait affecter le développement cognitif.

En moyenne, la réduction du QI n’est que d’un demi point, mais certaines études suggèrent que même une légère augmentation de l’exposition au fluorure pourrait être toxique pour le cerveau. Par conséquent, les enfants des régions fortement fluorées ont un QI significativement inférieur à celui des enfants des zones faiblement fluorées. Certains enfants étudiés étaient âgés de 14 ans et les chercheurs spéculent sur le fait qu’un effet toxique sur le développement du cerveau pourrait s’être produit plus tôt; le cerveau pourrait ne pas être en mesure de compenser l’effet de la toxicité.

“Le fluorure semble se comporter comme le plomb, le mercure et les autres poisons chimiques qui réduisent les capacités du cerveau”, affirme Grandjean. “L’effet d’une seule substance toxique pourrait être petit, mais le dommage combiné peut être sévère à l'échelle d'une population entière, particulièrement parce que l’intelligence de la prochaine génération est cruciale pour l’avenir de tous.”


 

 

EHP - Environmental Health Perspectives, 20 July 2012

Developmental Fluoride Neurotoxicity: A Systematic Review and Meta-Analysis

Anna L. Choi, Guifan Sun, Ying Zhang, Philippe Grandjean

Abstract

Background: Although fluoride may cause neurotoxicity in animal models and acute fluoride poisoning causes neurotoxicity in adults, very little is known of its effects on children’s neurodevelopment.

Objective: We performed a systematic review and meta-analysis of published studies to investigate the effects of increased fluoride exposure and delayed neurobehavioral development.

Methods: We searched the MEDLINE, EMBASE, Water Resources Abstracts, and TOXNET databases through 2011 for eligible studies. We also searched the China National Knowledge Infrastructure (CNKI) database, as many studies on fluoride neurotoxicity have been published in Chinese journals only. In total, we identified 27 eligible epidemiological studies with high and reference exposures, endpoints of IQ scores or related cognitive function measures with means and variances for the two exposure groups. We estimated the standardized mean difference (SMD) between exposed and reference groups across all studies using random effects models. We conducted sensitivity analyses restricted to studies using the same outcome assessment and having drinking water fluoride as the only exposure. Cochran test for heterogeneity between studies, Begg’s funnel plot and Egger test to assess publication bias were performed. Meta-regressions to explore sources of variation in mean differences among the studies were conducted.

Results: The standardized weighted mean difference in IQ score between exposed and reference populations was -0.45 (95% CI -0.56 to -0.35) using a random-effects model. Thus, children in high fluoride areas had significantly lower IQ scores than those who lived in low fluoride areas. Subgroup and sensitivity analyses also indicated inverse associations, although the substantial heterogeneity did not appear to decrease.

Conclusions: The results support the possibility of an adverse effect of high fluoride exposure on children’s neurodevelopment. Future research should include detailed individual-level information on prenatal exposure, neurobehavioral performance, and covariates for adjustment.