Le débat du fluor
Adaptation française: Action Fluor Québec

ACCUEIL

TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION

HISTOIRE/
ENVIRONNEMENT

CENSURE

BENEFICES
Question 1
Question 2
Question 3
Question 4
Question 5
Question 6
Question 7
Question 8

ALTERNATIVES
Question 9
Question 10
Question 11
Question 12


SÛRETÉ
Question 13
Question 14

SURDOSE
Question 15
Question 16
Question 17

MALADIES
Question 18
Question 19
Question 20
Question 21
Question 22
Question 23
Question 24
Question 25
Question 26
Question 27
Question 28
Question 29
Question 30
Question 31
Question 32
Question 33

POLITIQUE PUBLIQUE
Question 34
Question 35
Question 36
Question 37
Question 38
Question 39
Question 40

EFFICACITÉ DES COÛTS
Question 41
Question 42
Question 43

CONCLUSION

HISTOIRE / ENVIRONNEMENT

Si fluor ne réduit pas la carie, pourquoi diable vouloir en injecter dans l'eau potable?  Comment cette mesure a-t-elle débuté et qui se cache derrière elle?

Les industries de l'aluminium, de l'acier et des fertilisants produisent des résidus toxiques et dangereux dénommés fluorures ou silico-fluorures. En plus d'être intrinsèquement beaucoup plus toxiques que le plomb et presque autant que l'arsenic, ces résidus sont contaminés par plusieurs autres résidus, dont le plomb et l'arsenic. De nos jours, leur entreposage n'est autorisé que dans des décharges très dispendieuses à entretenir. Avant l'avènement de la "fluoration de l'eau", ces compagnies étaient forcées de dépenser des fortunes pour entreposer ces déchets et en compensations financières, en raison des torts causés sur le bétail et l'environnement. (See 0-1: "Fluoridation Revisited," par le Dr. Murray N. Rothbard, professeur d'économie, Université du Nevada, The New American, 12/14/92. Voir aussi 0-2 et 0-3: des copies de plusieurs bulletins du Congrès des États-Unis qui documentent ces problèmes qui surviennent même de nos jours).

"L'usine d'Alcoa, située à Vancouver (état de Washington) a été trouvée coupable d'avoir déversé de 1000 à 7000 livres de fluorure toxique par mois dans la rivière Columbia ... Le fluorure a contaminé l'herbe et le fourage, ce qui a causé la mort du bétail." Seattle Times, 16 déc 1952.

À Vancouver, le rejet de ces 1000 à 7000 livre de fluorure chaque mois est considéré à juste titre comme de la pollution. Pourtant, si la municipalité décide d'injecter la même quantité (ou même plus grande) de fluorure dans le réseau d'eau potable (5000 livres par jour à San- Francisco) on va appeler ça une "mesure de santé".

Selon le Dr. Edward Groth III:

"Le fluorure est une substance polluante caractérisée par des impacts sévères. C'est une forme de pollution si répandue qu'en décembre 1966, l'Association américaine pour l'avancement des sciences a établi qu'en ordre de sévérité, le fluorure se classe troisième polluant de l'air d'importance au pays (tout de suite après le SO2 et ozone). ... Plus de cinquante secteurs de l'industrie sont concernés."

"Peu après que le Service de la santé publique des États-Unis commence à faire la promotion de la fluoration de l'eau, on a cessé d'enregistrer les niveaux de fluor gazeux dans l'atmosphère. ... Se pourrait-il qu'un tel revirement s'explique par le fait que le fluorure est probablement le polluant qui engendre les coûts d'élimination les plus élevés de l'industrie? ... Lorsqu'une usine se voit forcée d'éviter de rejeter du fluorure dans l'air, elle se tourne vers le procédé alternatif le moins cher: le déversement dans l'eau"

"La question de la fluoration doit être soigneusement soupesée à la lumière des connaissances relatives à la pollution par le fluor. Dans l'eau, le fluorure est injecté à des concentrations bien supérieures aux niveaux reconnus dommageables dans l'air, cela pour réduire le taux de carie chez les enfants." (voir 0-4: "Air Is Fluoridated," Dr. Edward Groth III, ancien officier senior, Environmental Studies Board, National Research Council, Washington D.C.)

F. B. Exner, M.D., F.A.C.R., a dit: "La seule force véritablement implacable derrière la fluoration, ce sont les grosses industries américaines. Le motif n'en est pas tant le profit que la peur. Peur de faire face à des poursuite légales colossales et peur que la loi commence à sévir partout où le fluorure dévaste l'air, l'eau, le sol ainsi que toutes les formes de vie. S'ajoute à cela la peur de perdre le privilège légal actuel qui autorise à déverser les déchets de fluor directement dans l'eau potable, dans le seul but d'accommoder l'industrie." (voir 0-5: Another Fluoride Pollution Bombshell, Betty G. T. Franklin, Jan. 1968).

"Alors que nous nous approchons de la fin de ce siècle, l'histoire semble se répéter par le fait que l'on attribue à la pollution environnementale la principale cause des maladies générées par l'homme: pollution de l'air et de l'eau, par le fluorure et les radiations." Walter L. Bierring, M.D., Ancien président de l'Association médicale américaine et directeur du Ministère de la santé de l'Iowa, Journal of American Medical Association, 12/19/59.

Les lois relatives à l'élimination des matières toxiques interdisent aux industries de rejeter les fluorures dans l'environnement. Cependant, un processus spécial de "blanchiment" les autorise à déverser ces mêmes matières toxiques, sans aucune discrimination, sur les pelouses et jardins, à les incorporer dans les aliments transformés et à les déverser à la tonne dans l'eau et dans l'air, dans les effluents d'aqueducs, d'égouts et de boues. Autrement dit, leur solution à la pollution c'est la dilution.

Download
The Fluoride
Debate

as a .pdf

 

NOTICE

In accordance with Title 17 U.S.C., section 107, some material on this web site is provided without permission from the copyright owner, only for purposes of criticism, comment, news reporting, teaching, scholarship and research under the "fair use" provisions of federal copyright laws. These materials may not be distributed further, except for "fair use" non-profit educational purposes, without permission of the copyright owner.


This site and accompanying book is published by
Health Way House | 403 Marcos St | San Marcos, CA 92069

First Edition
February 2001

This information provided on this site was compiled by
Anita Shattuck | Tel: 760-752-1621 | bakeranita@cox.net

This site and accompanying book was edited by
Edward Bennett

Site Builder: Michelle@Jabbocat Consulting