Le débat du fluor
Adaptation française: Action Fluor Québec

ACCUEIL

TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION

HISTOIRE/
ENVIRONNEMENT

CENSURE

BENEFICES
Question 1
Question 2
Question 3
Question 4
Question 5
Question 6
Question 7
Question 8

ALTERNATIVES
Question 9
Question 10
Question 11
Question 12


SÛRETÉ
Question 13
Question 14

SURDOSE
Question 15
Question 16
Question 17

MALADIES
Question 18
Question 19
Question 20
Question 21
Question 22
Question 23
Question 24
Question 25
Question 26
Question 27
Question 28
Question 29
Question 30
Question 31
Question 32
Question 33

POLITIQUE PUBLIQUE
Question 34
Question 35
Question 36
Question 37
Question 38
Question 39
Question 40

EFFICACITÉ DES COÛTS
Question 41
Question 42
Question 43

CONCLUSION

 

BENEFICES

Question 4.

A-t-on besoin de plus de preuves de l'efficacité de la fluoration?

 

Réponse courte de l'ADA, tirée de Fluoridation Facts

La preuve de l'efficacité de la fluoration de l'eau est écrasante.

 

Réplique

Non, les premières études, tout comme plusieurs autres études récentes, ont seulement  réussi à démontrer que l'action du fluorure se limite à retarder la carie; le fluorure ne prévient pas la carie dentaire. 

La croyance en l'efficacité du fluorure à réduire la carie persiste, en dépit du fait que H. Trendley Dean, DDS, son promoteur originel, ait admis 40 ans plus tard (et sous serment) que ses données, utilisées dans les allégations de preuve de l'efficacité, ne sont pas valides. (H. Trendley Dean: Proceedings, City of Oroville vs. Public Utilities Commission of the State of California, Oroville, California, Oroville, California, October 20-21, 1955.)

Depuis que les Services de la santé publique des États-Unis (USPHS) ont mis fin à leur expérience originelle de fluoration à Newburgh et Kingston (New York), expérience qui devait durer 10 ans, les promoteurs de la fluoration ont affirmé à plusieurs reprises que le fluorure peut réduire la carie de 60 à 70%. Ils arrivèrent à ces résultats en interprétant incorrectement les statistiques.

Voici ce qu'il ont fait: 

Ils ont ignoré le fait que le fluorure interfère avec la croissance des dents permanentes des enfants, en retardant l'éruption normale des dents. Les dents qui n'ont pas encore fait irruption ne peuvent être cariées. Ainsi, au début les enfants (âgés de 6 ans) de la ville fluorée de Newburgh avaient 100% moins de carie. À 7 ans, 100% moins de carie. À 8 ans 67% de moins, à 9 ans 50% de moins et à 10 ans 40% de caries en moins.

Lorsque l'USPHS réalisa que les résultats étaient sur le déclin, ils mirent fin prématurément à l'expérience, additionnèrent les cinq résultats précités et divisèrent par 5, pour obtenir "une réduction totale de 70%." Évidemment, la seule réduction pertinente à ce moment là était celle des enfants de 10 ans, soit 40%.

Si le Ministère de la santé avait poursuivi l'étude au-delà de l'âge de 10 ans, il aurait découvert que la réduction de la carie continue à chuter à 30%, 20%, 0%, et éventuellement ces enfants se retrouveraient avec un nombre de caries supérieur, -non pas inférieur. Une fois que les dents ont fait éruption, le taux de carie est identique. (Voir 4-1: "Fluoridation Benefits — Statistical Illusion." Testimony of Konstantin K. Paluev, Research and Development Engineer, Mar. 6, 1957).

John A. Forst, M.D., un officier de la santé publique de New York, a trouvé qu'après dix ans de fluoration à Newburgh, 63.2% des écoliers avaient des dents cariées comparativement à 41.7% des enfants de la ville non fluorée de Kingston. (Voir 4-2: statement from John A. Forst, M.D., from The University of the State of New York, Oct. 26, 1954).

Les données du Dr. David B. Ast, chargé de l'expérience de fluoration (Tableaux, p. 319, Journal American Dental Association, 1961) montrent un délai dans l'apparition de la carie jusqu'à l'âge de 15 ans. Ensuite Newburgh surpasse Kingston (non fluoré) dans le nombre de dents cariées et obturées après 16 ans de fluoration. À Newburgh, dont la population a augmenté de 9%, on a constaté 18% de plus de dentistes. À Kingston, dont la population a augmenté de 1%, on a constaté 3% de dentistes en moins. (Voir 4-3: statement and chart).

Le périodique de l'ADA (Journal of American Dental Association, 1972, 84; 355-367), rapporte que les dentistes font 17% plus de bénéfices dans les zones fluorées que dans les zones non fluorées. Il n'y a donc pas d'économies. (Voir la section Efficacité des coûts).

La "réduction de 65% de la carie" n'est qu'une illusion statistique. Lorsque les données du Ministère de la santé sont lues correctement, elles prouvent que la fluoration cause un retard temporaire de l'apparition de la carie. (See 4-4: Fluoridation Fallacies — Exposé of Fluoridation Claims Based on Advocates Own Statistics, by Charles Klint).

En ignorant ce facteur de délai, les promoteurs de la fluoration ont continué à lire incorrectement les statistiques jusqu'à aujourd'hui. 

L'évaluation des besoins en santé dentaire de la Californie (1993) a été menée par la DHF (Dental Health Foundation). Cette fondation a été créée en 1985 dans le seul but de promouvoir la fluoration dans tout l'État. Il en résulte que ses constats sont biaisés.

La première révision indépendante de l'évaluation des besoins en santé dentaire de la Californie a été déposée à Escondido (California) le 1er février 2000. L'analyse de ces besoins a été menée par Senes Oak Ridge Inc. (Center for Risk Assessment, Tennessee), une organisation d'évaluation du risque de renommée internationale. (Voir 4-5: "Review of the California Oral Health Needs Assessment 1993-94," Jan. 31, 2000).

Marie Waldron, membre du conseil de la Ville d'Escondido a par la suite affirmé que le rapport de l'évaluation des besoins est un "exemple classique de manipulation de la science dans le seul but de prouver sa cause. Car cette étude compare les enfants non défavorisés des communautés fluorées (qui ont des scellants protecteurs sur leurs dents), avec les enfants pauvres du programme Head Start des communautés non-fluorées (dépourvus de scellants protecteurs)."

Elle ajouta: "Intentionnellement, on a évité de publier cette évaluation des besoins dentaires et on n'a pas fait de révision par les pairs. Ils s'attendaient sans doute à ce que personne d'entre nous, des gens sans formation scientifique, n'allait lire le rapport de cette étude coûteuse. Ils ont donc présenté à notre conseil une brève énumération accompagnée de luxueux dépliants. Ils ont fait le même manège dans tout l'État et ont présenté cela comme preuve pour nous convaincre de convertir notre précieuse réserve d'eau potable en système de distribution au service d'intérêts particuliers, forçant ceux qui ne peuvent se payer d'eau embouteillée à boire une eau contaminée avec des déchets industriels de fluorure, pour le reste de leur vie."

La loi californienne qui force les villes à fluorer l'eau potable a été adoptée en se basant sur les résultats de ce rapport, sans que la DHF n'en dévoile les détails. Ils ont simplement affirmé que cette étude prouve que les enfants californiens ont désespérément besoin de fluorure dans l'eau potable. Pourtant l'étude démontrait précisément le contraire: même s'il y avait quatre fois moins de fluoration en Californie, les enfants de 15 ans avaient moins de caries que la moyenne nationale. (See 4-6: San Diego Union Tribune. Article, Sept. 1, 1999).

Download
The Fluoride
Debate

as a .pdf

 

NOTICE

In accordance with Title 17 U.S.C., section 107, some material on this web site is provided without permission from the copyright owner, only for purposes of criticism, comment, news reporting, teaching, scholarship and research under the "fair use" provisions of federal copyright laws. These materials may not be distributed further, except for "fair use" non-profit educational purposes, without permission of the copyright owner.


This site and accompanying book is published by
Health Way House | 403 Marcos St | San Marcos, CA 92069

First Edition
February 2001

This information provided on this site was compiled by
Anita Shattuck | Tel: 760-752-1621 | bakeranita@cox.net

This site and accompanying book was edited by
Edward Bennett

Site Builder: Michelle@Jabbocat Consulting