Le débat du fluor
Adaptation française: Action Fluor Québec

ACCUEIL

TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION

HISTOIRE/
ENVIRONNEMENT

CENSURE

BENEFICES
Question 1
Question 2
Question 3
Question 4
Question 5
Question 6
Question 7
Question 8

ALTERNATIVES
Question 9
Question 10
Question 11
Question 12


SÛRETÉ
Question 13
Question 14

SURDOSE
Question 15
Question 16
Question 17

MALADIES
Question 18
Question 19
Question 20
Question 21
Question 22
Question 23
Question 24
Question 25
Question 26
Question 27
Question 28
Question 29
Question 30
Question 31
Question 32
Question 33

POLITIQUE PUBLIQUE
Question 34
Question 35
Question 36
Question 37
Question 38
Question 39
Question 40

EFFICACITÉ DES COÛTS
Question 41
Question 42
Question 43

CONCLUSION

 

SURDOSE

Question 15

L'ingestion totale de fluorure (provenant de l'air, de l'eau et des aliments) présente-t-elle un risque significatif pour la santé?

 

Réponse courte de l'ADA, tirée de Fluoridation Facts

Dans une communauté américaine fluorée à un niveau optimal, l'ingestion totale de fluorure provenant de l'air, de l'eau, des aliments, ne représente pas un risque pour la santé.

 

Réplique

Oui. Voir la section sur les Maladies.

Les numéros du Journal of the American Dental Association (JADA) de décembre 1995 et de juillet 1996 (dans une tentative de réduire l'augmentation constante de la fluorose dentaire, un signe visible d'empoisonnement au fluorure) avise les dentistes de prévenir les parents des risques de surdose de fluorure – en raison des sources multiples de fluorure, ex: résidus de pesticides fluorés et jus faits de concentré reconstitués avec de l'eau fluorée -. En attendant, l' ADA affirme que les enfants n'ingèrent pas suffisamment de fluorure. Pourtant, les jus faits de concentré constituent un véritable problème.

Le fluor n'est pas comme le chlore; il ne s'évapore pas en faisant bouillir l'eau. Plus vous faite bouillir, plus vous le concentrez et plus le risque d'empoisonnement augmente. (Voir 15-1: "Fluorure  Levels and Fluorure  Contamination of Fruit Juices," The Journal of Clinical Pediatric Dentistry, Vol. 16, #1/1991).

Des analyses effectuées par des laboratoires indépendants indiquent que des produits populaires retrouvés dans toutes les épiceries, tels que le Coca-Cola Classic™, le jus d'orange Minute Maid™, le lait Lucerne™ 2%, contiennent autant ou même plus de fluorure que l'eau fluorée. Les Froot Loops™, le jus pour bébés Gerber's™ et presque tous les produits contenant du jus de raisin contiennent deux, trois fois et même jusqu'à six fois plus fluorure, en raison des résidus de pesticides fluorés et/ou de la transformation avec de l'eau fluorée. (Voir 15-2: "Analytical Testing Report," Expert Chemical Analysis, Inc., 6/17/98).

En 1995, tout en continuant à faire des pressions politiques et à promouvoir la fluoration, l'ADA (American Dental Association) et l'AAP (American Academy of Pediatrics), ont établi une nouvelle politique de recommandations concernant les comprimés et gouttes fluorés. Ces comprimés et gouttes sont censés être un substitut à l'eau fluorée dans les communautés non fluorées.

Les détails de cette nouvelle politique montrent que la fluoration (médication) de l'eau de masse à concentration dite optimale, excède largement la dose qu'un professionnel qualifié peut prescrire à un enfant et ce, après qu'il ait personnellement examiné le développement de l'enfant, son poids, son exposition totale au fluorure (en provenance de toutes les sources) et sa sensibilité au produit.

Selon ces recommandations, les bébés ne doivent pas ingérer davantage de fluorure, peu importe la concentration de fluorure dans l'eau. Et ce n'est pas avant l'âge de 6 ans que s'applique la nouvelle recommandation de prescription, une dose excessive imposée à un enfant buvant déjà de l'eau fluorée. (Voir 15-3: "Policy Statement" from Pediatrics, May 1998, Vol. 95, Number 5).

Le Comité d'étude sur la fluoration de la Ville de Natick a découvert que fluorer l'eau implique que les enfants ingèreront de 2 à 3.5 fois plus de fluorure que la dose recommandé par l'Académie de pédiatrie des États-Unis (American Academy of Pediatrics). (Voir 15-4: "Recommended Dosage of Fluorure ," 9/27/97).

Un document des Services de santé publique des États-Unis explique que même en 1991, les communautés non fluorées recevaient déjà plus de fluorure que la dose ciblée de 1 mg par jour. En fait, les communautés fluorées recevaient jusqu'à 6 fois la dose optimale. (Voir 15-5: "Review of Fluorure  Benefits and Risks," 1991, U.S. Dept. of Health and Human Services).

Selon une étude publiée dans le numéro de juillet-août du périodique Pediatric Dentistry, "... les enfants dont les parents sont éduqués ont généralement une meilleure hygiène dentaire et encourent un risque de fluorose ... La fluorose a été observée chez 69 % des enfants des tranches socio-économiques supérieures –des familles dont les parents ont un diplôme universitaire et vivant dans une communauté fluorée." (Voir 15-6: "Early Fluorure  Exposure," American Academy of Pediatric Dentistry, July 31, 1998).

Le prestigieux Washington Post rapportait la recherche effectuée à l'Université du Connecticut (Georgia School of Dentistry) qui a conclu que les enfants doivent se brosser les dents une seule fois pas jour pour éviter la surexposition au fluorure. Pourtant, l'ADA ne recommande-t-elle pas de se brosser les dents après chaque repas?

"Non seulement la dose sanitaire exigée de 1 mg/jour de fluorure ne requiert pas l'emploi de la fluoration de l'eau, mais elle explique pourquoi dans les zones fluorées américaines la seule épidémie orale est la fluorose dentaire; et pourquoi l'Academy of General Dentistry, représentant 35 000 dentistes, a mis en garde les parents de limiter la quantité de jus que les enfants boivent — car il y a surdose de fluorure !" (Voir 15-8).

Download
The Fluoride
Debate

as a .pdf

 

NOTICE

In accordance with Title 17 U.S.C., section 107, some material on this web site is provided without permission from the copyright owner, only for purposes of criticism, comment, news reporting, teaching, scholarship and research under the "fair use" provisions of federal copyright laws. These materials may not be distributed further, except for "fair use" non-profit educational purposes, without permission of the copyright owner.


This site and accompanying book is published by
Health Way House | 403 Marcos St | San Marcos, CA 92069

First Edition
February 2001

This information provided on this site was compiled by
Anita Shattuck | Tel: 760-752-1621 | bakeranita@cox.net

This site and accompanying book was edited by
Edward Bennett

Site Builder: Michelle@Jabbocat Consulting