Le débat du fluor
Adaptation française: Action Fluor Québec

ACCUEIL

TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION

HISTOIRE/
ENVIRONNEMENT

CENSURE

BENEFICES
Question 1
Question 2
Question 3
Question 4
Question 5
Question 6
Question 7
Question 8

ALTERNATIVES
Question 9
Question 10
Question 11
Question 12


SÛRETÉ
Question 13
Question 14

SURDOSE
Question 15
Question 16
Question 17

MALADIES
Question 18
Question 19
Question 20
Question 21
Question 22
Question 23
Question 24
Question 25
Question 26
Question 27
Question 28
Question 29
Question 30
Question 31
Question 32
Question 33

POLITIQUE PUBLIQUE
Question 34
Question 35
Question 36
Question 37
Question 38
Question 39
Question 40

EFFICACITÉ DES COÛTS
Question 41
Question 42
Question 43

CONCLUSION

 

MALADIES

Question 27

L'eau fluorée à concentration optimale peut-elle causer l'augmentation du taux d'enfant nés avec le syndrome de Down?

 

Réponse courte de l'ADA, tirée de Fluoridation Facts

Les connaissances scientifiques communément admises ne reconnaissent pas de lien entre le syndrome de Down et l'ingestion d'eau fluorée.

 

Réplique

Oui.  Le Dr. Ionel Rapaport du Psychiatric Institute à l’Université du Wisconsin, a observé qu'il existe un lien entre la quantité de fluorure dans l’eau potable et le Syndrome de Down, une affection du cerveau caractérisée par un retard mental. Les études de Rapaport ont couvert une population de 7 ½ millions de gens et 340 000 naissances. Les résultats ont été publiés dans le Bulletin de l’Académie nationale de médecine en France.

Les promoteurs de la fluoration n’ont pas tardé à critiquer ses découvertes. Rapaport a ensuite mené une seconde étude, en tenant en compte des critiques. Sa première étude avait trouvé probable que le fluorure cause le Syndrome de Down à 50 chances contre 1. En utilisant la méthode préférentielle, la probabilité augmenta par la suite à 1000 contre 1.

Les promoteurs de la fluoration mentionnent toujours la 1ère étude, mais ils ignorent la seconde. En fait, l’étude britannique sur laquelle se basent les promoteurs est mal contrôlée, parce que les mères anglaises examinées consomment beaucoup de thé et de poisson. Donc, même si elle habitent dans une zone faiblement fluorée, elles peuvent ingérer plus de fluorure que celles résidant aux États-unis dans les zones naturellement fluorées. Le thé et le poisson contiennent tous deux des taux élevés de fluorure. (Voir 27-1: "New Researches on Mongolism Related to the Disease Producing Role of Fluorine," Bulletin of National Academy of Medicine, Paris, France, Vol. 143, Nos. from 15 and 16, pp 367-370, 1959).

 

Download
The Fluoride
Debate

as a .pdf

 

NOTICE

In accordance with Title 17 U.S.C., section 107, some material on this web site is provided without permission from the copyright owner, only for purposes of criticism, comment, news reporting, teaching, scholarship and research under the "fair use" provisions of federal copyright laws. These materials may not be distributed further, except for "fair use" non-profit educational purposes, without permission of the copyright owner.


This site and accompanying book is published by
Health Way House | 403 Marcos St | San Marcos, CA 92069

First Edition
February 2001

This information provided on this site was compiled by
Anita Shattuck | Tel: 760-752-1621 | bakeranita@cox.net

This site and accompanying book was edited by
Edward Bennett

Site Builder: Michelle@Jabbocat Consulting