Le débat du fluor
Adaptation française: Action Fluor Québec

ACCUEIL

TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION

HISTOIRE/
ENVIRONNEMENT

CENSURE

BENEFICES
Question 1
Question 2
Question 3
Question 4
Question 5
Question 6
Question 7
Question 8

ALTERNATIVES
Question 9
Question 10
Question 11
Question 12


SÛRETÉ
Question 13
Question 14

SURDOSE
Question 15
Question 16
Question 17

MALADIES
Question 18
Question 19
Question 20
Question 21
Question 22
Question 23
Question 24
Question 25
Question 26
Question 27
Question 28
Question 29
Question 30
Question 31
Question 32
Question 33

POLITIQUE PUBLIQUE
Question 34
Question 35
Question 36
Question 37
Question 38
Question 39
Question 40

EFFICACITÉ DES COÛTS
Question 41
Question 42
Question 43

CONCLUSION

 

MALADIES

Question 28

L’ingestion d’eau fluorée à concentration optimale a-t-elle un impact neurologique?

 

Réponse courte de l'ADA, tirée de Fluoridation Facts

Les connaissances scientifiques communément admises n’établissent pas de relation de cause à effet entre l’ingestion d’eau fluorée optimalement et les troubles du système nerveux, incluant les effets sur l’intelligence.

 

Réplique

Oui.  Le fluorure peut affecter le cerveau. Le fluorure est en fait le principal agent actif de plusieurs médicaments destinés à affecter l’activité cérébrale: 

- le Prozac (fluoxétine) pour inhiber la captation de sérotonine (utilisée par le cerveau dans l’activité des synapses);

- le Phen-Fen (fenfluramine), le médicament alimentaire qui a été enlevé du marché parce qu’il créait des dommages aux valves cardiaques (seul le produit contenant une moitié de Phen-Fen a été rendu illégal);

-  le Rohypnol (communément appelé "roofies"), connu plus récemment comme drogue du viol;

-  le fluorure est le seul agent actif du gaz Sarin, le gaz de guerre (1 500 fois plus toxique que le cyanure) utilisé dans le métro japonais par des terroristes, également mentionné dans les cas de syndrome de la guerre du Golfe; 

- et dans pratiquement tous les anesthésiants généraux (anesthésiant général : agent qui provoque un sommeil profond).

Les contre-indications médicales des fluoroquinolones nous mettent pourtant en garde: "Évitez l’utilisation durant la gestation ou l’allaitement en raison d’effet sévères sur la croissance osseuse, le foetus et les bébés."

Les corporations, devenues des revendeurs de fluorure, évitent de mentionner ces autres utilisation du fluorure, parce qu’elles attirent trop l’attention sur le fait que le fluorure est utilisé abondamment à d’autres fins que la prévention de la carie dentaire. Nombreux sont ceux qui nient ces effets, se limitant à répéter que le fluorure est "un élément inoffensif sans effets indésirable sur la santé."

Le Dr Phyllis Mullenix, ancienne directrice du département de toxicologie au Forsyth Dental Center de Boston pendant 11 ans, et devenu par la suite critique de la fluoration, a mené des études animales au début des années 1990. Elle a découvert que le fluorure est un puissant agent agissant sur le système nerveux central et que le cerveau humain peut être affecté même à très faible dose. Le Dr. Mullenix a fait la déclaration suivante:

 "Des dentistes critiquent notre étude en prétendant que les résultats obtenus avec des rats ne s’appliquent pas aux êtres humains, parce que la dose utilisée serait trop élevée (de 75 à 125 ppm de NaF dans l’eau potable).

Ces critiques sont sans fondement parce que, chez les rats, les doses utilisée produisent une concentration de fluorure équivalente à celle observées chez les êtres humains buvant de l’eau à 5-10 ppm, tout comme à celle des patients traités pour l’ostéoporose. — La concentration de fluorure dans l’eau potable donnée aux rats n’est pas élevée, elles proviennent d’un modèle animal bien connu, déjà utilisé dans l’étude de la fluorose dentaire. C'est un modèle utilisé à répétition par les chercheurs dentaires et ce, depuis des années. — En résumé, de nos jours, il n’y a aucun avantage à utiliser l’eau fluorée. Les risques surpassent de loin les bénéfices allégués." (Voir 28-1: lettre de Phyllis J. Mullenix, Ph.D., to Dr. Irwin Kash, June 17, 1999).

D'ailleurs, plusieurs études effectuées en Chine ont démontré une corrélation entre l’exposition au fluorure et la diminution de l’intelligence (QI) chez les enfants. (Voir 28-2: "Effect of a High Fluoride Water Supply on Children's Intelligence," from Fluoride, Vol. 29, No. 4, pp. 190-192).

Subséquemment, lorsque le Dr. Mullenix appliqua à une subvention du NIH (U.S. National Institutes of Health) pour poursuivre ses études du système nerveux central, sa requête fut rejetée. Un panel NIH lui expliqua sèchement que "le fluorure n’agit aucunement sur le système nerveux central."

Toutefois, un mémo déclassifié du programme de la bombe atomique daté du 29 avril 1944 énonce clairement que "les données probantes cliniques suggèrent que l’hexafluorure d’uranium peut avoir un effet marqué sur le système nerveux central."

Le mémo présente ensuite une requête pour mener une série d’essais animaux étudiant le système nerveux central, et dit : "Ceci est important, non seulement pour protéger un individu donné, mais pour empêcher également qu’un individu confus n’en blesse un autre en effectuant incorrectement ses tâches."

"Soyez conscient du fait que le cerveau d’un enfant est vulnérable aux dommages du fluorure même avant la naissance; ces dommages aux système nerveux central résultent en une intelligence réduite qui non seulement affecte la personne dans sa vie présente, mais vole la vie future de la communauté toute entière." (See 28-3: "Fluoride and Brain Damage: A Secret Revealed", Richard G. Foulkes, BA, MD, from Alive, Canadian Journal of Health and Nutrition, #191, Sept. 1998, pp. 67-68).

"Selon la recherche effectuée par le Dr. Isaacson, le fluorure de sodium (ou d’aluminium) cause la perte irréversible de la mémoire, perte similaire à celle causée dans le cas de la maladie d’Alzheimer. Ces résultats peuvent également mener à des troubles du comportement, d’apprentissage, moteurs et sensoriels.

Cependant, chez l’enfant, un apport réduit en fluorure(s) pourrait prévenir des dommages cérébraux futurs." (Voir 28-4: "Third Study Links Fluoride Ingestion to Brain Damage", Sarasota Eco Report, Vol. 5, No. 12, Dec. 1995, George Glasser, Journalist).

 

Download
The Fluoride
Debate

as a .pdf

 

NOTICE

In accordance with Title 17 U.S.C., section 107, some material on this web site is provided without permission from the copyright owner, only for purposes of criticism, comment, news reporting, teaching, scholarship and research under the "fair use" provisions of federal copyright laws. These materials may not be distributed further, except for "fair use" non-profit educational purposes, without permission of the copyright owner.


This site and accompanying book is published by
Health Way House | 403 Marcos St | San Marcos, CA 92069

First Edition
February 2001

This information provided on this site was compiled by
Anita Shattuck | Tel: 760-752-1621 | bakeranita@cox.net

This site and accompanying book was edited by
Edward Bennett

Site Builder: Michelle@Jabbocat Consulting