banniere

       Accueil     

 

 

 

 

 

 

Fluor au Canada: l'influence néfaste des Américains?

 
Dans cet article, le Dr Morin se réfère à l'histoire occultée de la fluoration de l'eau, des pages peu reluisantes de l'histoire américaine du temps de la guerre froide, qui ont permis l'instauration de la fluoration de l'eau potable pour des millions de citoyens nord-américains, et ce depuis maintenant soixante ans.

Pour plus de détails, lire:

- Le fluorure, les dents et la bombe atomique: Cliquez ici

- Le livre The fluoride deception (Le mensonge du fluor): Cliquez ici.


Fluor au Canada: l'influence néfaste des Américains?

Source: Info07, Publié le 7 Avril 2010

Patrick Voye

Spécialiste depuis 35 ans des effets de l'eau fluorée, Pierre-Jean Morin, rejette en bloc les arguments des autorités pour la fluoration de l'eau, prétextant que les Américains camouflent depuis 1945 les réels effets du fluor sur le corps humain.

M. Morin est une des sommités mondiales sur la question: il a publié plus de 80 articles dans des revues scientifiques renommées, a enseigné la médecine à l'Université Laval, a été chercheur en labo durant 22 ans, a été conseiller scientifique auprès du ministère de l'Environnement et a participé en tant qu'expert à un des procès les plus médiatisés concernant la fluoration de l'eau, à Houston en 1982. Son témoignage de 60 heures et ses preuves irréfutables ont contribué à faire gagner la Safe Water Foundation of Texas contre la ville de Houston afin de faire interdire la fluoration de l'eau. C'était le premier de trois gros procès aux États-Unis (en Illinois et à Pittsburgh) sur la question.

La décision du juge américain Farris n’aurait jamais été remise en question: «La fluoration de l'eau par des moyens artificiels peut causer ou contribuer à causer le cancer, les maladies congénitales, peut provoquer des réactions d'intolérance vis-à-vis le produit et des réactions pathologiques liées à sa toxicité chronique, incluant la fluorose dentaire chez l'homme; ceci dit, la fluoration artificielle de l'eau peut aggraver les maladies résultant de la malnutrition et d'autres maladies déjà existantes dans la population. De plus, la valeur de cette mesure pour prévenir la carie dentaire peut être mise en doute.»

Selon Pierre-Jean Morin, l'essentiel des résultats de ses années de recherches et celles de ses collègues, se trouve dans ce paragraphe. Il considère comme «de la foutaise» les arguments avançant que le nombre de carie diminue dans les municipalités fluorées. Pire, la substance chimique demeurerait dans les organes et les appauvrirait. «Nous étions un jour à Ste-Marie-de-Beauce, qui était prêt à fluorer son eau. On a renversé leur décision en démontrant que leurs arguments pour la fluoration ne tenaient pas debout. Ils disaient que le fluor disparaissait après avoir été bu, mais je leur ai montré des preuves de concentrations dans le cœur et les poumons.»

Partout où il est passé, M. Morin est fier de dire qu'il a toujours «déculotté» les «experts» du gouvernement ou les promoteurs divers vantant les bienfaits du fluor. «Le fluor est un des cancérigènes les plus violents qui soient, tranche le spécialiste. Direction publique ne veut pas l'admettre et il n'y a pas un maudit gars qui peut venir contredire ce que je dis. Et j'ai toujours maintenu mes informations à jour», poursuit Pierre-Jean Morin.

    

Un dommage collatéral de guerre?

Le fluor est apparu dans l'eau potable américaine il y a précisément 65 ans, alors que la Deuxième Guerre mondiale s'achevait. Tout part de là, d'après le spécialiste. Les alumineries américaines de l'époque, forcées de produire des armes à profusion, dont la première bombe A, utilisaient de l'uranium. M. Morin explique que cet "empoisonnement" environnemental est relié à l'emploi du fluor, un acide pouvant séparer l'uranium normal de l'uranium enrichi.

Se rendant compte de son erreur, le gouvernement, aidé par la CIA, aurait commencé à louer les bienfaits du fluor sur la dentition. «Les dentistes, Santé publique, se sont tous fait avoir comme bien du monde. Et là, ils sont pris avec ça, ils ne veulent pas dire le contraire du jour au lendemain, alors ils disent tout ça pour sauver la face. Santé publique des États-Unis, les champions de la désinformation, a dit que, oui, c'était bon. Alors ça a fondu comme du beurre dans la poêle…» «Moi et mes confrères avons démontré de façon absolue que ça entraîne des cancers et de la mortalité», dit Pierre-Jean Morin, coauteur avec John Remington Graham et Gilles Parent, du livre La fluoration - Autopsie d'une erreur scientifique, paru en 2005.

Il s'appuie notamment sur une étude réalisée sur une population américaine de 28 millions d'habitants. Le tiers de ces gens consommait de l'eau fluorée seulement et 31 décès sur 100 000 personnes ont été répertoriés. «Ça peut paraître banal comme ça, mais pour une population de 170 millions d'Américains qui en boit à tous les jours, ça équivaut à 53 000 morts par année», précise-t-il.