Accueil

 


                     

 

 

 

 

 

 L’OMS et la fluoration de l'eau

L'Organisation mondiale de la santé appuie-t-elle de manière unanime la fluoration? Dans ce cas, que vaut cet appui sur le plan scientifique?

Pour les promoteurs de la fluoration, cette mesure constitue une méthode hautement éprouvée et sécuritaire.  Lorsque questionnés sur les données scientifiques sur lesquelles s'appuie leur ferveur inébranlable à fluorer toutes les sources d'eau potable de la planète, les promoteurs restent souvent de marbre, se contentant de réciter une longue liste d'organisation appuyant la fluoration.  En tête de liste vient l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Selon les promoteurs de la fluoration: (1) l'OMS aurait adopté une position inéquivoque de consensus en faveur de la fluoration de l'eau; (2) l'OMS aurait basé sa décision d'appuyer la fluoration de l'eau sur de solides assises scientifiques. Si cette organisation renommée appuie la fluoration, disent-ils, c'est que cette mesure doit véritablement être du béton!  

1. Il n'y a pas d'unanimité au sein de l'OMS sur la fluoration de l'eau

Les promoteurs de la fluoration dénaturent la position de l'Organisation mondiale de la santé, car en réalité, l’OMS n’a pas adopté de position officielle concernant la fluoration de l’eau et, à notre connaissance, il n’existe aucun document de critères à cet effet. En fait, l’OMS a clairement exprimé ne pas être responsable des opinions émises par ses consultants ou comités, opinions qui sont actuellement présentées comme position officielle de l’OMS.

Par exemple, le Programme des Nations Unies pour l'environnement s’est prononcé en faveur de la fluoration, mais cela n’en fait pas la position officielle de cet organisme. Les critères de santé environnementale de l’OMS qui traitent des fluorures et qui affirment (paragraphe 6.3) que le fluorure est l’agent de prévention de la carie le plus efficace actuellement connu, précisent que (voir l’entête du critère 36, 1984):

Ce rapport contient les points de vue collectifs d’un groupe international d’experts et ne représente pas nécessairement les décision ni la politique du Programme des Nations Unies pour l'environnement, de l’Organisation internationale, ni de l’Organisation mondiale de la santé.”

Voir le document en ligne tel qu’accessible le 15 Sept. 2009 : http://www.inchem.org/documents/ehc/ehc/ehc36.htm

2. Fondements scientifiques à l'OMS et l'analyse du Dr Sutton

Concernant la rigueur scientifique, on peut se référer par exemple à un document publié par un comité de l’OMS appuyant la fluoration de l’eau et qui cite quelque ‘’120 études sur la fluoration menées sur tous les continents, démontrant une réduction de la carie de 50 à 75% pour les dents permanentes’’(Réf.: ‘Fluorides in Caries Prevention’ Murray I J & Rugg-Gunn A J. Wright, Bristol (1984))  

Pourtant, une étude attentive des données scientifiques, actuelles et moins récentes, met en évidence nombre d'incongruités et contradictions dans la thèse de l'efficacité de la fluoration présentée dans ce document. Le Dr Phillip Sutton, qui s'est efforcé d’analyser ce document a trouvé que (voir les détails plus bas dans cette page):

- aucune étude citée ne comporte de groupe de contrôle

- aucune étude n’a été menée en double aveugle

- 34 des ‘articles’ cités n’existent pas

- 23 études traitent d’autre chose que la fluoration de l'eau

- 51 études sont de très mauvaise qualité scientifique

 

3. Constat

 

Quelques comités de l'OMS appuient la fluoration, mais cela n’en fait pas pour autant la politique officielle de l’OMS et cela n’en fait pas une source fiable du point de vue scientifique. 

_______________________________________________________________

 

 

Conclusion de l'analyse du Dr P. Sutton

«Il y a absence de science objective dans la décision de l’OMS d’appuyer la fluoration.» 

______________________________________________________________

 

Comment certains comités de l'OMS en sont-ils venus à faire la promotion de la fluoration de l'eau ?  Et que vaut leur position ?  À cette question fort légitime on peut apporter quelques éléments de réponse.  

 

1.  Quelques comités de l'OMS appuient en effet la fluoration depuis qu'ils ont décidé d'adopter la position des États-Unis, qui est non seulement l'un des pays les plus fortement fluorés au monde (70% de fluoration), mais aussi celui où est née la fluoration, autour des années 1940.  Depuis, quelques mandarins de l'OMS en font la promotion pour l'implanter dans tous les pays du monde.  Les pays européens, qui ont jusqu'ici très majoritairement rejeté la fluoration de l'eau pour des raisons sanitaires et éthiques, pourraient ainsi voir cette mesure être imposée sur leur territoire par l'entremise de l'Union européenne qui a adopté la position de ces quelques comités de l'OMS sans poser de questions.   

   

2.  Les promoteurs de la fluoration affirment que l'OMS a justifié son adhésion à la fluoration de l'eau potable en se basant, disent-ils, sur 'plus de 100 documents’ qui prouveraient l’efficacité du fluorure à combattre la carie dentaire.

On peut alors se poser la question suivante: que valent les quelque 100 études mentionnées par certains organes de l'OMS sur le plan scientifique ?  Peut-on, armé des ces données, entreprendre la fluoration de toutes les sources d'eau potable de la planète, avec confiance, bonne conscience et intégrité ?

C'est ce à quoi le Dr Phillip Sutton s'est efforcé de répondre, lorsqu'il a voulu évaluer la valeur scientifique des études sur lesquelles l'OMS justifie sa position. 

Les données suivantes sont extraites des diapositives présentées lors d'une conférence donnée par le Dr Vyvyan Howard à Toronto en août 2008.

 

Diapositive 1

 

L'absence de science objective dans la décision de l’OMS d’appuyer la fluoration

 

 

 

 

Diapositive 2

 

  Les faibles fondements scientifiques de la fluoration de masse

  • Les promoteur de la fluoration ont cité  plus de 100 documents’ qui prouveraient l’efficacité du fluorure.

 

  • L’OMS cite ‘120 études sur la fluoration menées sur tous les continents, démontrant une réduction de la carie de 50 à 75% pour les dents permanentes’.  Source: ‘Fluorides in Caries Prevention’ Murray I J & Rugg-Gunn A J. Wright, Bristol (1984).

 

 

Diapositive 3

 

 Les études présentées ne résistent pas à l’analyse

 

  • Le Dr Phillip Sutton a analysé les ‘120 références’ de Murray & Rugg-Gunn et les a trouvé peu convaincantes.   Réf.: Sutton P R N (1959). Fluoridation of water. Chem Eng News 67:3

  • Il y a trouvé peu de substance

 

 

 

Diapositive 4

 

 L’analyse du Dr Phillip Sutton

  • Aucune étude citée ne comporte de groupe de contrôle

  • Aucune étude n’a été menée en double aveugle

  • 34 de ces ‘articles’ n’existent pas

  • 23 études traitent d’autre chose

  • 51 études sont de très mauvaise qualité scientifique

 

 

 

Diapositive 5

 

 Les 34 articles inexistants

 

  • 46 des études listées ne proviennent en fait que de 23 études; les données sur les dents non-permanentes et permanentes étant présentées séparément

  • 2 études incluant des données de plus d’une localité sont présentées comme 6 études au total

  • 7 rapports de cas issus d’une seule étude sont listés comme 14 cas au total

 

 

 

Diapositive 6

 

 23 études traitent d’autre chose

 

L’affirmation la plus importante concernant la fluoration est qu’elle réduirait la carie dentaire des dents permanentes.

   Or, contrairement aux énoncés de ce document de l’OMS, 23 de ces études ne présentent aucune donnée relative à ces dents [permanentes].”

 

 

 

Diapositive 7

 

 51 études sont de très mauvaise qualité scientifique

  • 16 sont des rapport publiés dans des bulletins et périodiques dentaires

  • 14 sont de courts rapports publiés dans des bulletins et périodiques des départements de santé

  • 8 sont essentiellement des rapports d’étape

  • 3 sont des communications personnelles

  • 2 sont anonymes

  • 4 sont des veilles études que l’on sait être erronées depuis 25 années

  • 3 ne démontrent pas que la fluoration est efficace

  • 1 ne se réfère aucunement à la fluoration de l’eau

 

 

 

Diapositive 8

 

 Les 23 études restantes

  • 4 n’ont pu être vérifiées et n’étaient pas listées dans l’Index to Dental Literature of Index Medicus

  • Les 19 dernières études proviennent de pays fluorés. Après analyse, le Dr Sutton en a conclu qu’aucune de celles-ci ne parvient à démontrer de manière scientifiquement probante que la fluoration serait efficace.

 

 

 

Lisez les conclusions de l’étude de l’Université de York, qui en est arrivé aux mêmes conclusions, soit que les fondements scientifiques de la fluoration sont faibles et peu convaincants:  Cliquez ici.