banniere

   Accueil

 


                     

 

 

Scientific American

Réflexion faite: reconsidérer le fluorure

 

Vous pouvez lire ici quelques extraits de l'article publié dans l'édition de janvier 2008 du prestigieux magazine Scientific American.  De toute évidence, on peut en conclure qu'il n'y a pas d'unanimité scientifique sur les bienfaits et la sécurité de la fluoration de l'eau.  Il n'y en a jamais eu.

Adaptation Française: Action Fluor Québec

_______________________________________________________________

Scientific American, 2008:

«L'attitude des scientifiques vis-à-vis le fluorure pourrait commencer à changer, et cela dans le pays où cette pratique a vu le jour.»

 _______________________________________________________________

 

RÉFLEXION FAITE: Reconsidérer le fluorure  

   (Second Thoughts about Fluoride)
   par Dan Fagin.
   Scientific American, janvier 2008, pages 74–81

   (Article complet disponible en ligne pour $4.95 US.)

 

INTRODUCTION

Longtemps avant les débats passionnés sur la cigarette, le DDT, l'amiante ou les trous dans la couche d'ozone, la plupart des Américains n'avaient entendu parler qu'un d'une seule controverse environnementale et sanitaire: la fluoration. Durant les années 1950, des centaines de communautés états-uniennes sont aux prises avec des batailles sanitaires pour déterminer si les fluorures --des composés ioniques de l'élément chimique fluor-- devraient être ajoutés aux systèmes de distribution d'eau potable. D'un côté, une forte coalition de scientifiques du gouvernement et de l'industrie affirment que l'ajout de fluorure à l'eau potable protège les dents contre la carie dentaire; d'autre part,  des militants soutiennent que les risques entourant la fluoration n'ont pas été suffisamment étudiés et que cette mesure équivaut à une médication forcée, et donc à une violation des libertés civiles.

Éventuellement, les tenants de la fluoration ont fini par avoir le dessus, en partie parce qu'ils ridiculisaient leurs adversaires.  Par exemple, la John Birch Society, une organisation de droite, répandait l'idée que la fluoration était un complot communiste destiné à empoisonner l'Amérique. De nos jours, près de 60 pour cent de la population des États-Unis boit une eau fluorée, ce qui inclut les résidents de 46 des 50 plus grandes villes de la nation. À l'extérieur des États-Unis, la fluoration s'est répandue au Canada, au Royaume-Uni, en Australie, en Nouvelle Zélande et dans quelques rares autres pays. Règle générale, dans tous ces pays, les critiques de la fluoration ont été exclus et taxés d'empêcheurs de tourner en rond et de fanatiques par la science conventionnelle et les agences de santé publique (ailleurs cependant, la fluoration est rare et controversée). Le Centre de contrôle des maladies affirme même que la fluoration de l'eau est l'une des dix plus importantes réalisations du 20e siècle en santé publique, avec les vaccins et la planification familiale.

 


 CONCEPTS CLÉ

   • Les chercheurs étudient maintenant plus attentivement le fluorure
   qui est ajouté le plus souvent aux systèmes d'eau potable des
   États-Unis. Certaines études récentes suggèrent qu'une surdose de
   fluorure peut entraîner des troubles des dents,
   des os, du cerveau et de la glande thyroïde.

   • En 2006, un rapport écrit par un comité du Conseil national de la
   recherche scientifique des États-Unis (NRC) donnait la
   recommandation au gouvernement fédéral d'abaisser la limite actuelle
   de concentration de fluorure dans l'eau potable, cela en raison des
   risques pour la santé encourus par les enfants et les adultes.

Page 75: En général, l'eau fluorée contient bien moins de fluorure que la limite établie par l'EPA, mais la situation est préoccupante parce qu'il y a tellement d'incertitude sur la quantité totale de fluorure ingérée à partir des aliments, breuvages et produits dentaires. De plus, le panel du NRC a signalé que le fluorure pourrait aussi déclencher d'autres problèmes de santé, incluant le cancer des os, des dommages au cerveau et à la glande thyroîde. Même si ces effet ne sont pas encore totalement prouvés, le panel a indiqué qu'il méritent d'être étudiés davantage.

Page 75: UNE BONNE CHOSE EN EXCÈS:  Le fluorure se retrouve déjà dans plusieurs aliments, breuvages et produits dentaires. L'omniprésence de ce produit chimique destiné à combattre la carie peut résulter en un apport excessif, surtout chez les jeunes enfants.

Page 78: L'attitude des scientifiques vis-à-vis le fluorure pourrait commencer à changer, et cela dans le pays où cette pratique a vu le jour.

Page 79: Mais la fluorose de l'émail, excepté dans les cas les plus sévères, n'a pas d'impact sur la santé autre que sur l'estime de soi: les taches sur les dents sont inesthétiques et permanentes (bien qu'il existe des traitements esthétiques qui masquent le problème). La question la plus importante consiste à savoir si le fluorure altère autre chose que la biochimie de l'émail des dents en formation. Selon Pamela DenBesten, chercheuse de longue date sur la fluoration de l'école de dentisterie de l'Université de la Californie à San Francisco: “
Clairement, nous pouvons voir que le fluorure affecte l'interaction des protéines avec les tissus minéralisés. Alors, quel est l'effet créé ailleurs, au niveau cellulaire? Le fluorure est très réactif et doit être traité en conséquence.

Page 80: Par ailleurs, les affrontements relatifs aux effets neurologiques potentiels du fluorure ont été intenses. Phyllis Mullenix, de l'institut Forsyth de Boston, a mis le feu au débat au début des années 1990 lorsqu'elle a rapporté que des expériences avec des rats en laboratoire ont montré que le fluorure de sodium affecte le comportement de ces derniers et s'accumuler dans le cerveau. Elle a rapporté qu'il existe un lien de causalité entre l'exposition prénatale et l'hyperactivité chez les jeunes rats, particulièrement chez les mâles, alors que l'exposition post-natale a l'effet opposé, transformant les rats femelle en ce qui a été décrit par la suite par Mullenix comme des “patates de canapé”. Bien que sa recherche ait finalement été publiée dans Neurotoxicology and Teratology, elle a été attaquée par d'autres scientifiques qui ont affirmé que sa méthodologie était erronée et qu'elle avait utilisé des doses irréalistes et trop élevées. D'un autre coté, diverses études épidémiologiques ont été publiées en Chine. Ces dernières montrent en lien entre une exposition élevée au fluorure et la réduction de l'intelligence (QI). La recherche a aussi suggéré un mécanisme plausible: la formation de complexes d'aluminium-fluorure —de petites molécules inorganiques qui imitent la structure des phosphates et qui par conséquent influencent l'activité des enzymes dans les cerveau. Il existe également des données probantes indiquant que les silicofluorures utilisés pour la fluoration de l'eau peuvent entraîner l'accroissement de l'accumulation du plomb dans le cerveau.

Page 80: Le comité du NRC en a conclu que le fluorure peut subtilement altérer la fonction endocrine, en particulier celui de la glande thyroïde—la glande qui produit les hormones régulatrices de la croissance et du métabolisme. Bien que les chercheurs ignorent comment l'apport en fluorure puisse affecter la thyroïde, les effets semblent être fortement influencés par le régime alimentaire et la génétique. John Doull, professeur émérite de pharmacologie et toxicologie au centre médical de l'University du Kansas, ancien président du comité du NRC, mentionne : “
Les changements au niveau de la glande thyroïde me préoccupent. Certains aspects se doivent d'être étudiés.

Pages 80-81:
Le comité a trouvé qu'en ce qui concerne le fluorure, nous avons gardé le status quo pendant des années—depuis bien trop longtemps—et maintenant nous devons réexaminer la question” Doull ajoute: “Dans la communauté scientifique, les individus ont tendance à penser que cette question est réglée. Je veux dire, quand le Directeur du service de santé publique des États-Unis se prononce et affirme qu'il s'agit là de l'un des 10 plus grands accomplissements du 20e siècle, la barre est placée très haute. Mais quand nous avons examiné les études, nous avons découvert que ces questions demeurent sans réponse et que nous avons beaucoup moins d'information que requis. Considérant toutes les années écoulées depuis le début de la fluoration, je comprends maintenant pourquoi on continue a contester cette mesure. Face à l'ignorance, la controverse est omniprésente.

Page 81: Entretemps, les opposants à la fluoration on été enhardis par le rapport du NRC. “
Ce que le comité a fait est d'une importance extrême. C'est la première fois qu'un panel véritablement équilibré examine et soulève ces questions importantes.” soutient Paul Connett, professeur de chimie à l'Université St. Lawrence et directeur exécutif du réseau FAN, l'un des groupes anti-fluoration les plus actifs sur la scène internationale. “Je suis tout à fait convaincu qu'il s'agit d'un point tournant de la science, puisque désormais toutes les composantes sont sur la table. Le fluorure est le médicament le plus répandu aux Etats-Unis, et le temps est venu d'en parler.

Page 80:  UN RÉGIME ALIMENTAIRE AU FLUORURE
L'apport actuel recommandé d'apport en fluorure—le niveau qui maximise la protection contre la carie, mais qui minimise les autres risques— est généralement considéré être de 0.05 à 0.07 milligrammes par kilogramme (selon le poids corporel). Le fait de consommer des aliments et des boissons à forte teneur en fluorure peut mener à un apport supérieur à l'apport recommandé. Ci-bas sont listées les concentrations moyennes de fluorure (niveaux trace), en parties par millions (ppm), dans les aliments et les boissons, selon un test effectué au département de dentisterie de l'université de l'Iowa.

*3.73 ppm* Thé noir
*
2.34 ppm* Raisins
*
2.02 ppm* VIn blanc

*1.09 ppm* Boisson au pommes

*0.91 ppm* Café

*0.71 ppm* Eau du robinet (moyenne américaine)

*0.61 ppm* Bouillon de poulet

*0.60 ppm* Coke Diet (moyenne américaine)

*0.48 ppm* Saucisse Hot dog

*0.46 ppm * Jus de pamplemousse

0.45* ppm* Bière

*0.45 ppm* Patate rousse au four

*0.35 ppm* Fromage Cheddar

*0.33 ppm* Tortillas à la farine

*0.32 ppm* Maïs crémeux (nourriture pour bébés)

*0.23 ppm* Crème glacée au chocolat

*0.13 ppm* Thé de camomille

*0.03 ppm* Lait (2%)