Action Fluor Québec 

   L  E  S    E  N  J  E U X     D U    F  L  U  O R

 

 

 
 


Teflon et décalage toxique 
par André Fauteux   

Article paru sur le site de La maison du 21e siècle.

Mieux vaut tard que jamais. Cela fait au moins trente ans que des vétérinaires et des propriétaires d'oiseaux en cage rapportent la mort de leurs amis ailés après qu'une toute nouvelle casserole antiadhésive ait été accidentellement surchauffée, révèle un fascinant récent rapport du Environmental Working Group. C'est le même groupe de recherche américain qui a réussi à faire retirer du marché le bois traité libérant de l'arsenic et du chrome cancérogènes.

Malgré l'acoquinement incestueux de l'administration de George W. Bush avec l'industrie pétrochimique, l'Agence de protection de l'environnement des États-Unis (EPA) vient pour la première fois d'ouvrir une enquête, d'une rare intensité et rapidité, sur les composés perfluorochi-miques (PFC) derrière les populaires marques de commerces Teflon, Scotchguard et Gore-Tex, respectivement anti-adhésif, antitache et imperméabilisant. Utilisés sur une foule de produits allant du papier ciré aux ampoules électriques, ces produits indestructibles ont contaminé l'environnement et les êtres vivants à un tel point que l'EPA demande maintenant à l'industrie des premières études accélérées sur leur toxicité.

En 2000, l'Agence forçait même le fabricant 3M à retirer la formulation originale du produit antitaches Scotchguard, parce qu'elle est toxique et persiste dans le corps humain (il existe très peu d'information publique sur le nouveau Scotchguard). Dès 1995, dans son guide Matériaux de construction pour les logements des personnes hypersensibles, la Société canadienne d'hypothèques et de logement déconseillait l'usage des produits antitaches (tout comme le bois traité à l'arsenic, d'ailleurs).

Aujourd'hui, les groupes écologistes prédisent que les PFC détrôneront les BPC, DDT et dioxines au premier rang des produits toxiques les plus notoires. Et Dupont de Nemours est une fois de plus parmi les fabricants ciblés par cette nouvelle saga judiciaire. Fabricant du produit antitaches Stainmaster pour les tapis et tissus, Dupont a aussi inventé les fameux CFC (chlorofluorocarbones), qui amincissent la couche d'ozone, celle qui nous protège des rayons solaires ultraviolets cancérogènes. L'entreprise cacha ce drame environnemental du public pendant des années jusqu'à ce que les preuves scientifiques convainquent tous les états de bannir la production de CFC. 

L'effet le plus pervers du capitalisme mondialiste, c'est que les manufacturiers peuvent polluer l'environnement pendant des décennies, souvent avec la complicité tacite de l'État, jusqu'au jour où il y a suffisamment de preuves pour que le public intente des recours collectifs. Tôt ou tard, la vérité remonte à la surface.

De 1979 à 1981, deux enfants sur sept, nés de travailleuses de Parkersburg, en Virginie occidentale, avaient des malformations à leur naissance. Ces mères travaillaient dans une usine de Dupont de Nemours où l'on fabriquait des produits contenant du Teflon (fabriqué à l'époque par 3M). De 1984 à 1989, des tests secrets faits par Dupont lui ont permis d'apprendre qu'un produit chimique rejeté par son usine, soit de l'acide perfluorooctanoïque (PFOA ou C-8), avait contaminé la prise d'eau potable de la municipalité et de sa voisine, Little Hocking, en Ohio. Dupont n'a jamais informé les autorités de cette conta-mination, qui ne fut rendue publique qu'en janvier 2002, et ce, grâce à un recours collectif intenté par les citoyens de ces villes contre la compagnie. Entre temps, Dupont avait réassigné à d'autres tâches 50 employées de cette usine. L'EPA vient d'ouvrir une enquête là-dessus.

En 1997, le directeur médical de 3M s'est dit " surpris " de découvrir que des perfluorooctanes (PFO ou fluorures organiques, différents du fluorure ajouté à l'eau potable) étaient détectables dans tous les échantillons de sang humain. En fait, neuf études avaient démontré cela entre 1972 et 1989, mais 3M a choisi d'ignorer le problème, déclare l'Environmental Working Group. 

Effets sur la santé
En 2001, 3M a par contre reconnu que le sang de certains enfants contenait souvent autant ou davantage de certains PFO que celui de ses propres travailleurs. Les doses chez les enfants et les adultes sont parfois même plus élevées que celles causant des dommages cellulaires, thyroïdiens et reproducteurs, ainsi que des malformations et des cancers chez les animaux de laboratoire, selon les plus récentes études. L'hyperthyroïdie, qui touche 4,6 % des Américains, surtout les femmes, est une cause de dommages au cerveau du fœtus. Si les chercheurs n'ont pas encore prouvé que les PFO sont cancérogènes chez l'humain, c'est certes parce que les études n'ont pas encore été réalisées… Chez les animaux, les PFOA causent plusieurs types de cancers, dont celui du pancréas, et quatre genres de tumeurs dont la prévalence augmente chez l'humain : celles des testicules, du sein, du foie et de la prostate. Ces cancers touchent d'ailleurs les employés de 3M plus souvent que la population en général. À ce jour, les chercheurs n'ont trouvé aucune dose de PFOA ne causant aucun dommage au système immunitaire. 
Pas plus tard que l'année dernière, 3M reconnaisait qu'il pouvait prendre au moins 17 ans avant que le corps d'un enfant excrète ces substances hautement toxiques mais très peu étudiées. Même si les PFO étaient bannis, ils contaminent déjà l'eau, le sol et l'air à jamais, car ils sont indestructibles. 

Des choix difficiles se présentent donc aux consommateurs. Pour ma part, j'ai décidé de jeter ma poêle en Teflon, mais j'ai conservé mon coupe-vent Chlorophylle en Gore-Tex, que je n'ai pas l'intention de chauffer ni de goûter. Et je fuis tous les traitemennts antitaches, déconseillés par le guide Matériaux de construction pour les logements des personnes hypersensibles, publié par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL).

Rapport de l'Environtemental Working Group : www.ewg.org/reports/pfcworld/es.php
Documents de la SCHL 
Les revêtements de sol : www.schl.ca/fr/coreenlo/coprge/insevoma/insevoma_064.cfm
Le logement pour les personnes hypersensibles :
www.schl.ca/fr/amquablo/masadedu/masa/lopehy/lopehy_002.cfm