Accueil

 

   

    Faits et méfaits du fluor

Je jure de conseiller aux malades le régime de vie capable de les soulager et j'écarterai d'eux tout ce qui peut leur être contraire ou nuisible.  Jamais je ne remettrai du poison, même si on me le demande, et je ne conseillerai pas d'y recourir.’’   Tiré du Serment d’Hipocrate, père de la médecine occidentale.  Traduction de Littré

Le fluor est sûr et efficace pour la prévention des caries et aucune autre étude concernant les effets sur la santé humaine n’est nécessaire.’’  Tiré d’un pamphlet publicitaire officiel en matière de santé dentaire.

Êtes-vous le cobaye d'une

poitique de santé publique obsédée

par la fluoration?

   Le fluorure à la rescousse des dents

On lit régulièrement dans la presse écrite que la santé dentaire des enfants et des adolescents est déplorable, le nombre de caries dentaires étant très élevé.  Selon l’idéologie actuelle en matière de santé dentaire, en plus de se brosser les dents avec un dentifrice fluoré, cette épidémie de carie ne peut être combattue qu'en buvant de l’eau additionnée de fluor, car cette dernière mesure est censée réduire la carie de près de 65%.  Les fluorures sont présentés comme étant une panacée dont on ne saurait se passer, dont l’efficacité absolue est démontrée et dont l’innocuité est tout simplement évidente.  À grand renforts de publicité, on affirme que les fluorures sont incontournables et qu'ils seraient en mesure de renverser les caries dentaires(!), signe évident d’un traitement ayant depuis belle lurette fait ses preuves.  Pour couronner le tout, on présente maintenant le fluor comme un nutriment essentiel à la santé.  On a même affirmé que l'eau fluorée serait l'une des dix avancées majeures du XXe siècle en matière de santé publique.  Bref, on enrobe le fluorure d'un concert de louanges et l'eau fluorée est désormais teintée d'un aura de sainteté.  Mais qu’en est-il réellement? 

 

  Avertissement

Avant même de débattre des pour et contres de cette mesure, il importe de souligner qu'injecter du fluor à l'eau potable implique de forcer les gens à ingérer une substance toxique sans leur consentement éclairé.  C'est un précédant inquiétant qui nie les droits humains fondamentaux et la liberté de choisir ou de refuser d'être médicamenté.  C'est un manquement grave envers la dignité humaine et la démocratie, car cette dernière est censé protéger tous les êtres humains contre toute mesure totalitaire qui viole leur intégrité physique ou le droit de prendre soin de son corps, en accord avec sa volonté.

Actuellement, les fluorures sont couramment ajoutés à des concentration de 0.7 à 4 ppm (partie par million) dans l’eau potable de plus de 70% des villes aux USA et au Canada dans le but de prévenir la carie dentaire chez les enfants défavorisés. Puisque cette mesure n'a pas pour but de rendre l'eau potable, elle constitue un acte de médication forcée que l'on impose à toute la population. Les communautés des réserves indiennes et des bases militaires sont de nos jours parmi les plus fluorées et selon la littérature pro-fluoration, près de 90% des collectivités seront fluorés d’ici quelques années.

  Le fluor méconnu

Le fluor (F) est le neuvième élément chimique du tableau périodique.  Découvert par Moissan en 1886, le fluor est un ion de la famille des halogènes qui se présente sous la forme d’un gaz jaune pâle, corrosif, hautement réactif et instable.  Chimiquement parlant, il est en fait le plus électronégatif de tous les éléments connus, c’est-à-dire qu’il réagit violemment avec virtuellement toutes les substances inorganiques et organiques; par conséquent, il est inexistant seul dans la nature. Il forme des substances hautement réactives tel que le fluorure d’hydrogène (HF), le plus puissant acide connu, ce qui cause des problèmes, étant trop réactif pour être contenu dans un contenant en verre!  La combinaison du fluor avec une autre substance forme un composé généralement dénommé fluorure [1] [2] .

  Le fluor, toxique !

En toxicologie, le fluor est reconnu comme étant aussi toxique [3] que l’arsenic, le mercure et le plomb [4] .  La recherche scientifique démontre clairement que les divers composés de fluor (les fluorures) sont également très toxiques. Même dans ses combinaisons naturelles (tel que le fluorure de calcium), le fluor est reconnu pour sa toxicité, laquelle a été amplement étudiée dans plusieurs régions de l’Inde [5] et de la Chine [6] [7] qui sont célèbres à cause de leur eau potable naturellement fluorée et où les habitants souffrent de dégénérescence précoce des dents, des os (fluorose dentaire et osseuse), des tissus, de la peau (peau ridée) et de dégénérescence neurologique (vieillissement prématuré).  À 35 ans, ils paraissent en avoir 70.  Les enfants sont les plus vulnérables.  Les fluorures artificiels sont encore pus toxiques et instables, car non tempérés par le calcium. 

 

D’après les études scientifiques effectuées en Inde et en Chine, la fluorose squelettique se produit dès que la concentration de fluor excède 1 ppm (partie par million), mais a déjà été observée dans certaines communautés à une concentration de 0.7 ppm [8] .  De plus, de nombreux accidents municipaux bien documentés ont causé l'empoisonnement au fluor chez les habitants de villes fluorées.

La toxicité du fluorure est facile à vérifier, il suffit de lire la mise en garde imprimée à l'arrière d'un dentifrice pour enfants:

Avertissement imprimé à l'arrière du dentifrice Oral B: ''En cas d'ingestion accidentelle d'une quantité plus grande que celle nécessaire pour le brossage, demander de l'aide professionnelle ou s'adresser à un centre antipoison immédiatement.'' INGRÉDIENT ACTIF: Fluorure de sodium (0,248%)

En fait, il y a suffisamment de fluorure dans un tube dentifrice pour tuer un enfant.  De plus, il est surprenant de constater qu'un seul verre d'eau contient autant de fluorure qu'un 'petit pois' de dentifrice fluoré (0.25 mg).  Or, dans ce dernier cas, on nous met en garde: avaler plus que cette quantité recommandée (un 'petit pois') exige de contacter une centre antipoison immédiatement.  Combien de verres d'eau fluorée avalez-vous chaque jour?

   Le fluor, essentiel à la santé ?

Santé Canada et l'Académie nationale des sciences des États-Unis considèrent que le fluor n’est pas un élément essentiel à la santé [9] , ce qui signifie que la carie dentaire ni aucune autre maladie humaine ne peuvent résulter d’un ‘carence en fluor' et que contrairement aux nutriments réels, le corps humain n’utilise le fluor dans aucun processus physiologique.  On ne peut donc pas défendre l'idée selon laquelle il serait nécessaire d'avaler du fluor. 

1.  On retrouve dans le lait maternel 250 fois moins de fluorure que dans l'eau fluorée à 1 ppm.  Or, le consensus actuel est que le lait maternel constitue la meilleure nourriture pour le bébé.  Si le fluorure est si bénéfique, pourquoi la nature limite-t-elle le taux de fluorure à un si bas niveau pour la nutrition du nouveau-né? 

2.  La NASA n'a pas inclus le fluorure dans la nourriture des astronautes en mission dans l'espace.  Tous les autres nutriments, minéraux et vitamines y sont, mais pas le fluorure.  Pourtant les astronautes sont dans un milieu reconnu comme difficile et propice à affaiblir les os du squelette humain. On peut se demander pourquoi? 

L'Association dentaire canadienne, l'ADA, le CDC ainsi que la majorité des experts reconnaissent maintenant que l'action du fluor est:

 - essentiellement topique (agit par contact direct sur les dents);

 - n'est pas systémique (ne joue aucun rôle si avalé pour être amalgamé aux dents durant la croissance). 

Par conséquent, on peut en conclure que la fluoration de l'eau serait une mesure complètement inutile!  Pourtant, les autorités dentaires continuent à argumenter que l’ingestion d’eau fluorée serait essentielle à la santé des dents et par conséquent, on force les populations à en boire.   

   Le fluor, sans danger pour la santé ?

Avant même d’être ingéré, le fluorure s’associe lors de sa production industrielle [10] (puis dans l’eau) avec d’autres polluants reconnus toxiques, tels que l’arsenic [11], le plomb [12] [13] [14] , l’aluminium [15] [16], le mercure [17] et même des nucléides radioactifs.  Dans les aqueducs des villes fluorées, le fluorure corrode déjà les conduits et installations [18] d’eau potable.  Ensuite, lorsque l’eau fluorée est bue, le fluorure contaminé s’associe en tout premier lieu à la matrice de la structure des dents ainsi qu’aux tissus de la cavité buccale [19] .  Rappelons que l’action dentaire proprement dite est purement topique [20] .  Contre toute logique, l’eau fluorée est bue et le fluorure absorbé est acheminé à l’intérieur du corps humain [21] pour interagir avec tous les tissus, collagène, cartilages et os, ce qui entraîne une accumulation du fluorure, avec des conséquences néfaste pour ces structures.

Tous reconnaissent que 50 % du fluor ingéré s'accumule dans le corps humain toute la vie durant, la première conséquence étant la fluorose dentaire et osseuse [22] .  En s'associant avec les protéines et les enzymes [23],  le fluor les déforme et en inhibe la fonction (le fluor est un poison enzymatique).  Puisque les enzymes sont essentielles à tous les processus cellulaires, toutes les fonctions cellulaires en seront affectées. Un pan grandissant de la recherche indique que le fluor affecte également l’ADN [24], créant des dommages génétiques et donc, à long terme, des cancers.  C’est la définition même d’un radical libre [25], si destructeur justement parce qu’il altère la structure des substances et tissus vivants avec lesquelles il réagit et parce qu’il s’oppose aux anti-oxydants [26], substances reconnues pour leur efficacité dans la prévention des cancers et qui favorisent la longévité.  

En termes simples, suite à l’attaque du radical libre fluor, les tissus sains endommagés passent à un état malsainLe corps humains étant constitué de 70% à 80% d'eau, il est aisé de comprendre que le fluorure s'infiltre à tous les niveaux, dans chaque cellule, et qu'il affecte tous les processus biologiques et tous les systèmes.  

Le fluorure, agent vieillissant 

Au niveau du système endocrinien [27] , il est connu que le fluor dérègle le fonctionnement des glandes, notamment les glande thyroïde [28] et pituitaire [29] et qu’il s’accumule au niveau de la glande pinéale [30] jusqu’à la calcifier.  Or, la glande pituitaire est dénommée la glande maîtresse, justement parce qu’elle interagit avec le fonctionnement de toutes les autres glandes du corps humain et qu’ainsi elle contrôle des centaines de fonctions organiques.  Le fluor agit donc en tant que perturbateur endocrinien ou hormone environnementale.  Plus récemment, on a trouvé que le fluor interfère avec les protéines G [31] , qui jouent un rôle vital dans les processus des hormones, des neurotransmetteurs et de la communication cellulaire, ce qui pourrait causer des problèmes multiples et complexes additionnels pour la santé humaine. 

L ‘accumulation du fluor n’est donc rien d’autre qu’un empoisonnement lent, mais méthodique et certain.  La conséquence première est un vieillissement accéléré de tous les tissus biologiques.  Dès 1993, le Dr. Yiamouyiannis, biochimiste de renommée mondiale, démontre ce phénomène et en explique les mécanismes.  Les plus récentes recherches scientifiques semblent appuyer ses théories et c’est avec justesse qu’il avait qualifié le fluorure d’agent vieillissant [32]

  Le fluor, lié à une liste interminable de problèmes de santé

Comme il s’attaque à tous les tissus et processus biologiques, le fluor ouvre la porte à une liste interminable de troubles, maladies et déséquilibres organiques.  Sur Internet, il suffit de taper le mot fluor à l’aide de l’engin de recherche Google pour constater que la recherche scientifique indépendante est abondante et sérieuse et qu’elle documente tous ces désordres, et ce même à une concentration de 1 ppm [33] [34] [35] , soit la dose recommandée et utilisée dans l’eau potable (les pâtes dentifrices peuvent contenir jusqu’à 1500 ppm).

Mentionnons quelques documents de références qui font autorité.  Le manuel EPA/NIOSH Hazardous Waste book, référence en matière de sécurité des déchets toxiques, indique sous la rubrique Fluorure de sodium: 

  ‘’Tumorigène et tératogène expérimental (substance utilisée délibérément pour créer des tissus cancéreux en laboratoire).  Effets d’une surdose : brûlures, irritations, picotements, démangeaisons de la peau, paupières tombantes, tremblements, ingestion anormale de fluides, faiblesse musculaire, mal de tête, modification de l’EEG (électro-encéphalogramme), cyanose, difficulté respiratoire, hypermobilité, diarrhée, nausée et vomissements, changements au niveau des glandes salivaires, des dents, des structures musculo-squeletiques, accroissement de la réponse immunitaire et des données mutagéniques humaines (mutation des cellules).  Irritant corrosif  pour les yeux et les muqueuses.  Affecte expérimentalement la reproduction.  Extrêmement phytotoxique.  Utilisé dans les procédés de nettoyage chimique, la fluoration de l’eau, en tant que fongicide et insecticide… peut être cancérigène.’’

 

Plus récemment, le rapport du Conseil national de la recherche scientifique des États-Unis (2006), affilié à l'Académie nationale des sciences (l'autorité scientifique suprême des États-Unis), confirme que les niveaux autorisés de fluorure dans l'eau potable peuvent engendrer une surdose de fluorure et qu'ils contribuent à une augmentation des taux de fracture des os et de dommage aux dents et aux articulations (arthrite).  On y admet également que l'eau fluorée est possiblement liée à des troubles neurologiques (QI réduit, démence, syndrome de Down, maladie d'Alzheimer), du système endocrinien (glandes thyroïde et pituitaire), du système immunitaire (affecte la moelle des os, là où sont produites les cellules immunitaires), du système digestif, de l'appareil génital, de organes internes (foie et reins), et qu'elle pourrait exacerber les effets synergiques de l'aluminium et du fluorure, le diabète et le cancer.

 

Finalement, un large éventail de données, dont 23 études sur l'homme et 30 études animales, indiquent que l'eau fluorée réduit l'intelligence chez les enfants.  Ceci s'ajoute à la liste sans cesse grandissante des études qui ont trouvé, entre autre, que le fluorure s'accumule au centre du cerveau (dans la glande pinéale), qu'il affecte le comportement et qu'il accélère l'accumulation d'aluminium dans le cerveau des rats, accumulation apparentée à la maladie d'Alzheimer. 

 

  Le fluorure, agent actif des pesticides et des gaz de guerre 

Le fluor est couramment utilisé en tant qu’agent actif dans la fabrication de pesticides, insecticides, poison à rat, herbicides et défoliants, substances toxiques qui chaque année impliquent un grand nombre d’accidents et empoisonnements [36] pour ceux qui les manipulent.  Les pesticides sont d’ailleurs présentement bannis du territoire d’un nombre grandissant de villes tant européennes qu’américaines.  Il est inquiétant de constater que l’industrie de l’armement utilise également le fluor en tant qu’agent actif dans la composition d’armes chimiques telles que les gaz innervants mortels Soman (GD) [37], Cyclosarin (GF) et Sarin (GB) [38] , tristement célèbre suite à l’attentat de 1995 à Tokyo, mais aussi dans la formule de l’agent orange [39] .  Lorsqu’en 1995 les Nations Unies inspectèrent l’Irak [40] pour s’assurer qu’il ne fabriquait pas en secret des armes chimiques interdites, on vérifia tout d’abord s’il stockait les organofluorures [41] suivants:  fluorure d’hydrogène, fluorure de potassium, bifluorure d’ammonium, bifluorure de sodium, fluorure de sodium, bifluorure de potassium et fluorine, qui sont tous des composés de fluor couramment utilisés comme poison protoplasmique dans les pesticides.  Ainsi nous voyons que certains de ces composés, tel le fluorure de sodium, sont utilisés indistinctement pour la fabrication de pesticides, d’armes chimiques ou pour être incorporés dans l’eau potable.  

        

Fluorure de sodium (sodium fluoride), vendu comme pesticide

et publicisé par le géant de l'aluminerie Alcoa.

 

 

   L'eau fluorée, rejetée massivement dans l'environnement 

L'Accord sur la qualité de l'eau des Grands Lacs signée par le Canada et les Ètats-Unis en 1978 inclut les fluorures dans sa liste de substances polluantes dangereuses pour l’environnement.  La Loi canadienne sur la protection de l’environnement le classe comme produit chimique “persistant”, “biocumulatif” et “toxique”.   Environnement Canada le classe comme  Déchet dangereux et Transport Canada en tant que “Marchandise dangereuse”.

Moins de 1% de l’eau fluorée est destinée à la consommation humaine, les 99% restants sont rejetés dans l’environnement [42].  Le fluor s’accumule lentement et à notre insu dans la chaîne alimentaire de tous les écosystèmes. Par exemple, lorsque la ville de Québec ajoutait du fluor à l'eau potable, chaque année près de 32 tonnes de fluorure toxique étaient  rejetés dans l’eau et dans les écosystèmes, pour... ‘prévenir la carie dentaire’.  Combien de tonnes de fluorure sont-elles rejetées annuellement dans l'environnement à l'échelle de toute l'Amérique du Nord ? 

Ainsi, le fluor affecte la faune [43] et la flore [44], aquatique [45] et terrestre.  Les perturbations sur les milliers d’espèces sont à peine connues, bien que déjà nombre de biologistes reconnaissent l’effet nocif du fluor sur certaines espèces particulières.  Le fluorure est un contaminant cumulatif et persistant.

   Le déni

Bien que reconnu hautement toxique et en dépit du fait que le fluorure s’accumule dans le corps avec le temps, les fluorures sont couramment ajoutés à des concentration de 0.7 ppm à 4 ppm dans l’eau potable de plus de 70% des villes aux USA et au Canada dans le but de prévenir la carie dentaire chez les enfants défavorisés. Puisque cette mesure n'a pas pour but de rendre l'eau potable et que le fluor n'est pas un nutriment, elle constitue un acte de médication forcée que l'on impose à toute la population.  La fluoration est donc une mesure arrogante et qui s'ingère dans les choix de vie des citoyens.  Selon la littérature pro-fluoration, près de 90% des collectivités seront fluorés d’ici quelques années.

Les promoteurs de la fluoration affirment avec autorité qu’à 1 ppm il n’y a que des bienfaits et toutes recherche scientifique indiquant le contraire serait basée sur une ‘’méthode scientifique déficiente’’. En fait, l'histoire de la fluoration démontre qu'à répétition les promoteurs de la fluoration n'ont pas hésité à énoncer des demi-vérités, à omettre des données gênantes, à calomnier les scientifiques qui pensent autrement, à mentir et même à délibérément trafiquer des étudesEn agissant de la sorte, ils rejettent systématiquement et sans analyse exhaustive des centaines d’études scientifiques indépendantes [46] défavorables à la fluoration.  De tels agissements, indignes d'un corps scientifique authentique, s'apparentent plus à la foi aveugle en une religion déchue qu'à une recherche sincère de la vérité destinée à servir la santé publique.  Il est triste de constater que pour une poignée d'individus en position d'autorité, la fluoration s'apparente à une religion dont ils seraient les Grands-Prêtres.

Des nos jours, les données existantes sont suffisantes pour conclure que même à faible concentration le fluorure a des conséquences sérieuses sur la santé humaine et animale.  Puisque le fluorure s'accumule toute la vie durant, il agit lentement, mais sûrement.  Face au nombre sans cesse croissant d'études scientifiques en défaveur du fluor, les promoteurs de la fluoration sont donc en état de déni, même devant les données les plus exhaustives et accablantes. 

  Le fluorure prévient-il vraiment la carie dentaire ?

Il est important de noter que de nombreux chercheurs indépendants ont examiné la validité des études censées démontrer l'efficacité de la fluoration.  De nos jours, l’efficacité du fluor à réduire la carie dentaire est remise en question. En raison d’un méthodologie déficiente, les études réalisées depuis les années 40 sont aujourd’hui contestées: les populations étudiées auraient fait l’objet d’un biais systématique (voir: http://www.qvq.ca/afq/carie.htm).  

Les promoteurs de la fluoration s'entêtent à présenter la fluoration comme la condition sine qua non pour avoir des belles dents, particulièrement chez les enfants défavorisés. Pourtant, une nutrition équilibrée et complète est indispensable à la santé dentaire.  La fluoration relève donc de la pensée magique, car il est insensé de prétendre que le fluorure (qui n'est pas un nutriment) parviendrait à combler les lacunes nutritionnelles de tous les minéraux (calcium, magnésium, potassium, zinc, cuivre, manganèse, sélénium, etc.) et vitamines (D, C, A, E, K, niacine, etc.) requis à la croissance et à la santé des dents, et ce, pour la vie. Un enfant mal nourri ne peut combler ses carences en avalant du fluor. C'est d'une logique la plus élémentaire.  

Aux États-Unis, les données officielles du CDC de 2002 [47] démontrent, que la fluoration de l’eau constitue un échec lamentable en matière de prévention de la carie dentaire.  En effet, ces données statistiques indiquent que les deux états américains les plus fluorés, soit le Kentucky et West Virginia, sont frappés par les taux de carie les plus élevés, alors que les états les moins fluorés, Utah et Hawaï, sont ceux où les taux de carie sont les plus faibles. 

     Données statistiques officielles américaines de 2002,  selon le Center for Disease Control

% fluoration de l’eau

 % des 65 ans et +  qui ont perdu toutes leurs dents            

 % des 65 ans et + qui ont gardé la majorité de leurs dents

Hawaï : 8.7%

13.1%

59.8%

Utah : 2.8%

14.7%

63.8%

Kentucky : 96.1%

42.3%

35.6%

West Virginia : 91.5%

41.9%

26.6%

Données officielles du CDC de 2002,  % de fluoration par État : Cliquez ici.

Données officielles du CDC de 2002,  % de carie dentaire par État : Cliquez ici.

 

Au Canada, dès 1987, une étude parue dans le Journal de l'Association dentaire canadienne révélait que la province la moins fluorée, la Colombie britannique, est celle où le taux de carie est le plus faible :

"Les résultats d'une étude menée en Colombie britannique, où seulement 11% des communautés fluorent l'eau de consommation, démontrent des taux moyens de DMFT inférieurs à ceux des provinces où 40 à 70 % de la population boit de l'eau fluorée.  Comment peut-on l'expliquer ?...  Les arrondissements scolaires ont récemment rapporté que l'on retrouve les plus faibles taux de carie là où l'eau est totalement non fluorée."

(Note : Le DMTF correspond au nombre de dents cariées, manquantes ou obturées)
Réf. : Gray, AS. (1987). Fluoridation: Time for a New Base Line? Journal of the Canadian Dental Association. 10: 763-765. 

 

Les données de l’Organisation Mondiale de la Santé [53] démontrent que dans la deuxième moitié du vingtième siècle,  la carie dentaire a diminué de manière très similaire dans tous les pays développés [54] , fluorés ou non. Comment est-ce possible, si la fluoration est censée diminuer la carie dentaire de 60 % et si elle est essentielle à la santé dentaire? 

 

Diminution de la carie dentaire - Pays fluorés vs pays non fluorés.  

Données de l'Organisation Mondiale de la Santé (2004)

D'autres données indiquent clairement que la diminution de la carie dentaire a débuté bien avant l'avènement de la fluoration.

 

 

 

 

 

 

 

 

                          

                          Évolution de la carie vs fluoration 

               Ref.: Dr. John Colquhoun -Perspectives in Biology and Medicine, 41, 1-Autumn 1997

 

Ainsi, ni les données géographiques, ni les données temporelles ne soutiennent l'idée selon laquelle la fluoration de l'eau serait une mesure éprouvée et qu'elle serait la plus efficace à prévenir la carie dentaire. 

Bref, ces données démontrent clairement que la fluoration de l’eau ne peut expliquer la diminution de la carie dentaire en Amérique du nord, et que c’est en réalité la prévention, un meilleur accès aux soins dentaires, l’amélioration de la qualité de vie, de la nutrition et de l’hygiène dentaire qui peuvent le mieux en expliquer la cause. D'ailleurs, la santé dentaire est meilleure en Inde (qui a interdit la fluoration de l'eau) et en Afrique (le plus faible taux de carie du monde!) qu'aux États-Unis (le pays le plus fluorée au monde et ce, depuis 1940).

Devant l’évidence, les autorités dentaires orthodoxes nient en bloc ou avancent timidement l’idée que plus de recherche scientifique est nécessaire pour clarifier les faits qui leur donneront finalement totalement raison; en attendant elles continuent d’imposer la fluoration de l’eau, que des millions de citoyens sont contraints de boire quotidiennement [48]  

   L'exemple européen

La quasi totalité de l'Europe a rejeté à fluoration de l'eau.  En fait, 98 % des collectivités européennes ne fluorent pas l'eau potable.  Pourtant, les Européens ont une santé dentaire aussi bonne, sinon meilleure, que celle des Nord-Américains.  L’Autriche, la Belgique, le Danemark, la Finlande, la France, l’Allemagne, la Grèce, l’Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Norvège et la Suède ont tous rejetés la fluoration de l’eau.  Il est également interdit de fluorer l’eau au Japon, en Chine et en Inde.  Il est curieux de constater que tous ces pays ne partagent pas l’avis selon lequel la fluoration de l’eau est la meilleure méthode, la moins onéreuse et la plus sécuritaire pour prévenir la carie dentaire. 

Il n’est donc pas étonnant que de nombreuses villes aient rejeté la fluoration de l’eau en Amérique du Nord.  Au Canada, le maire de Montréal, Jean Drapeau, s’est toujours opposé à la fluoration.  En Colombie Britannique seulement 11% des collectivités sont fluorés; pourtant les statistiques [49] démontrent que le taux de carie dentaire est inférieur à celui des provinces canadiennes où la fluoration atteint de 40 à 70 %.  En 1999, le Dr. Limeback [50], professeur de dentisterie à l’Université de Toronto, qui était pourtant chargé de faire la promotion du fluor au Canada, s’est excusé publiquement d’avoir recommandé durant des années cette pratique dangereuse et de ne pas avoir reconnu l’évidence.  Dans un rapport de 2004, les médecins ontariens [51] faisaient une sérieuse mise en garde contre l’utilisation des pesticides (souvent fluorés), ce qui fait suite au bannissement récent des pesticides cosmétiques au Québec et aux résultats alarmants issus d’une étude de 1999 qui conclue que 40% des enfants montréalais [52] leucémiques sont devenus génétiquement vulnérables à la leucémie suite à l’exposition à des pesticides.    

   Considérations éthiques

Sous l'éclairage de l'éthique, la fluoration de l'eau constitue rien de moins qu'un désastre, car elle viole les principes élémentaires de la toxicologie, de la pharmacologie et de la médecine, tout en ignorant la loi et les libertés individuelles.  

La fluoration de l'eau est une mesure de médication forcée, une mesure non éthique, illégale et inconstitutionnelle au Canada, car elle va à l'encontre de la Charte canadienne des droits et libertés, cette dernière étant enchâssée dans la Constitution du Canada.

La fluoration de l’eau va à l’encontre des principes modernes de la science pharmacologique, qui s’oriente vers un médication personnalisée en terme de dosage et de choix du médicament pour le patient.

La fluoration de l'eau fait fi de la règle élémentaire de la médecine qui exige que le médecin pose le diagnostic personnalisé du patient avant tout traitement.  Ainsi, la fluoration de l'eau ne tient pas compte de toutes les variations évidentes dans le style de vie des gens : les athlètes buvant beaucoup plus d’eau que les personnes sédentaires, et les enfants [55] [56], les personnes âgées, les malades rénaux, les diabétiques et les personnes mal alimentées [57] étant plus vulnérables au fluorure que les adultes sains.  Ceci n'inclue pas le 1% de la population qui souffre d'allergie ou d'intolérance au fluorure, tel qu'indiqué dans le Physician's Desk Reference.  

La fluoration de l'eau bafoue le premier principe d’Hippocrate qui commande : ‘’En premier lieu, ne pas nuire’’.  Elle ne respecte pas le Code de Nuremberg [58] sur l’expérimentation humaine, édicté dès 1947 et qui vise à protéger l'individu en tant qu'objet d'expérimentation médicale.  Elle viole le principe du consentement libre et éclairé selon lequel un patient doit être entièrement informé avant de participer aux choix qui peuvent affecter sa santé et qui origine du droit légal et éthique que le patient a de pouvoir diriger ce qui se passe au niveau de son corps.  

Pour toutes ces raisons, la fluoration de l'eau, qui consiste à prescrire un médicament à un patient sans examen préalable par le médecin, est une pratique douteuse et inacceptable en médecine moderne. 

Finalement, la fluoration de l'eau ignore toute notion relative au principe de précaution [59] , qui exige l’arrêt de toute action ou traitement dont les conséquences sont inconnues, mal comprises ou potentiellement dommageables pour la santé humaine ou environnementale.  

La fluoration de l’eau est donc non seulement inefficace et inutile, elle est illégale, contraire à toute démarche éthique et, en bout de ligne, carrément dangereuse.

 

   Ouvrages de référence  


Committee on fluoride in drinking water, National Research Council (2006).  Fluoride in drinking water: A scientific review of EPA's standards. The National Academy Press.  

Bryson, C. (2004).  The fluoride deception. Seven Stories Press.

EPA/NIOSH (National Institute of Occupational Safety and Health) Hazardous Waste book.

Groves, B. (2001). Fluoride. Drinking ourselves to death? Newleaf, Gill and Mcmillan Ltd.

Valerian V. (1998). Analytical chronology of fluoridation. Leading edge international group.

Dr. Judd, G. F. (1997).  Good teeth. Birth to death. Reasearch Publications Co..

Glasser, G. (1996). Fluoride: A Toxic Tort Perspective - Panacea or Poison? St. Petersburg, FL 33713. Third Edition.

Dr. Yiamouyiannis, J., (1993).  Fluoride, The aging factor. Health action press.  

Dr. Moolenburgh, H., (1987).  Fluoride, The freedom fight. Mainstreem Publishing Company (Edinburgh) LTD.  

Comité aviseur sur la fluoruration des eaux de consommation,  (1979). Rapport sur les fluorures, la fluoruration et la qualité de l'environnement. Services de protection de l'environnement, Gouvernement du Québec.

Waldbott, G. L. (1978). Fluoridation – The great dilemma. Coronado press Inc.

Gotzsche, A.-L. (1975) The fluoride question: Panacea or poison? Stein and Day.

Brunet J.M. (1972) Dossier fluor.  Éditions du jour.

Waldbott G. L. (1965). A struggle with titans – Forces behind fluoridation. Carlton Press.

Perkins C. E. (1952), The truth about water fluoridation. The fluoridation educational society.

 

   Sites web de référence  


www.fluoridealert.org

www.slweb.org

www.fluoridedebate.com

www.nofluoride.com

www.fluoridation.com

www.fluoride-journal.com

  

   Notes et références


[1] Le fluor, en interaction avec des cations de faible rayon ionique ou très chargés forme des sels insolubles dans l'eau; avec des cations monochargés de rayon ionique important, il forme des composés très solubles dans l'eau. 

[2] Notez que dans ce texte nous utiliserons régulièrement le terme fluor pour désigner un fluorure. 

[3] Selon un rapport de l’UNICEF de 1999, le fluor réduirait la carie dentaire en empoisonnant les enzymes des bactéries localisées dans la bouche.   Ref: UNICEF report: Fluoride in water: an overview. Dec 1999

[4] Selon la American Clinical Toxicology of Commercial Products (5ème édition), le fluor est plus toxique que le plomb et à peine moins toxique que l’arsenic.  Selon le Dr. Charles A. Brusch, ancien  directeurr du Massachusetts Medical Center de Cambridge, le fluor est un "poison protoplasmique hautement toxique qui est 15 fois puissant que l’arsenic."

[5] En Inde, 17 des 32 états on été identifiés comme zones endémiques, avec près de 66 millions d’habitants à risque et 6 millions de personnes sérieusement atteintes.  Ref. : Times of India, Friday 18 April 2003

[6] En Chine, on estime que 2.7 millions de personnes pourraient souffrir de fluorose squelettique, une affection irréversible causée par la consommation d’eau riche en fluorures.   À cet effet, dans un futur proche, l’OMS planifie de lancer un projet pilote pour aider les pays à évaluer et améliorer la santé environnementale des enfants.   Ref.: Rapport de l’OMS, présenté à la Conférence de Bangkok le 3 mars 2002 par Gregory Hartl, resposable des communications de l’OMS.

[7] L’UNICEF estime que "la fluorose est endémique dans au moins 25 pays du globe.  Le nombre total de personnes affectées est inconnu, mais un estimé conservateur se chiffre à des dizaines de millions."  Ref.:Rapport de l’UNICEF: Fluoride and water: an overview. http://www.unicef.org/wes/files/fluoride.pdf

[8] Singh 1961; Singh 1963; Jolly 1970; Siddiqui 1970; Susheela 1993; Choubisa 1997; Xu 1997; Bo 2003.

[9] National Research Council (1993). Health Effects of Ingested Fluoride. National Academy Press, Washington DC. See page 30.

[10] Fluor de qualité industrielle et non pharmaceutique; c’est donc un déchet industriel.

[11] NSF international letter to Congress of april 25th 2000

[12] Masters RD, Coplan MJ, et al., “Association of silicofluoride treated water with elevated blood lead,” Neurotoxicology. 2000 Dec;21(6):1091-100.

[13] North Carolina News & Observer, “Water treatment process called potential risk Chemicals' mix with plumbing could put lead in tap water”- May 18, 2005, JERRY ALLEGOOD, Ref: http://www.newsobserver.com/news/health_science/story/2417101p-8794959c.html

[14] Fluoride and Lead, Frances Frech.  Repport presented at a State Lead Commission hearing in Hannibal, Missouri in 1994

[15] When complexed with aluminum, fluoride interferes with G-proteins (Bigay 1985, 1987). Such interactions give aluminum-fluoride complexes the potential to interfere with many hormonal and some neurochemical signals (Strunecka & Patocka 1999, Li 2003).

[16] Van der Voet GB, et al. (1999). Fluoride enhances the effect of aluminium chloride on interconnections between aggregates of hippocampal neurons. Archives of Physiology and Biochemistry 107(1):15-21.

[17] Une analyse chimique effectuée en 2000 par le groupe Irlandais Fluoride Free Water montre que les fluorures contiennent régulièrement des niveaux toxiques d’arsenic, chrome, nickel et mercure.  Ref : http://homepage.tinet.ie/~fluoridefree/campaign_update/default.htm

[18] Corrosion Control Engineer Explains Fluoride Action, National Fluoridation News, July-September, 1975

[19] Une étude récente menée par la compagnie pharmaceutique Sepracor conclue qu’une pâte à dents fluorée peut causer ou contribuer à une perte osseuse périodontique.  Cette trouvaille est sérieuse parce que Sepracor considère que la perte osseuse périodontique est la cause première de la perte des dents chez les adultes américains.  Ref. : Brevet américain USPTO no 5,807,541 octroyé à Sepracor le 15 septembre 1998.

[20]   CDC (1999). Achievements in Public Health, 1900-1999: Fluoridation of Drinking Water to Prevent Dental Caries. Mortality and Morbidity Weekly Review (MMWR), 48(41);933-940 October 22, 1999.

[21] Le corps humain est constitué à 70% d’eau.

[22] Yiamouyiannis, J.(1993). Fluoride, the aging factor. Health action press.

[23] Harvey Petraborg, M.D., (1964). Fluoride Poisons Enzymes.; Hugo Theorell (1958), Nobel Prize winner, Medical Nobel Inst. Biochemist, Dept. of Communication to Royal Medical Board, Sweden.

[24] Chen J, Chen X, Yang K, Xia T, Xie H. (2002). [Studies on DNA damage and apoptosis in rat brain induced by fluoride]. Zhonghua Yu Fang Yi Xue Za Zhi 36: 222-224.

[25] Un radical libre est une substance chimique hautement réactive qui est produite lorsqu’une molécule est brisée pour former un produit qui a un électron unique (processus d’oxydation) et qui peut endommager les structures cellulaires, les lipides, l’ADN ou toute autre partie de la cellule.

[26] Un anti-oxydant est une substance qui prévient l’oxydation d’autres substances chimiques.  Dans les systèmes vivants, l’oxydation normale produit des radicaux libres hautement réactifs qui interagissent et endommagent les structures biologiques et les cellules.  Un anti-oxydant s’oppose à l’action des radicaux libres.  Certaines vitamines, tout comme certaines enzymes, sont considérées comme anti-oxidants.

[27] Le système endocrinien englobe les glandes et systèmes glandulaires qui sécrètent les hormones responsables de l’intégration et du contrôle du métabolisme.  Les glandes endocrine sont la pituitaire, la thyroïde, la parathyroïde, les surrénales, le pancréas, les ovaires et les testicules.

[28] Lin Fa-Fu; et al (1991). The relationship of a low-iodine and high-fluoride environment to subclinical cretinism in Xinjiang. Iodine Deficiency Disorder Newsletter Vol. 7. No. 3. (August).

[29] Ref: Federal Register: July 17, 1998. Fipronil; Pesticide Tolerance. Final Rule.Luke J. (2001).

[30] Luke J. (2001). Fluoride deposition in the aged human pineal gland. Caries Research 35:125-128.

[31] Refsnes M, Schwarze PE, Holme JA, Lag M (2003). Fluoride-induced apoptosis in human epithelial lung cells (A549 cells): role of different G protein-linked signal systems. Hum Exp Toxicol Mar;22(3):111-23.

[32] Fluoride, The aging factor.  Dr. Yiamouyiannis, J.. Health action press, 1993.

[33] Des rats à qui l’on a donné à boire pendant un an de l’eau à 1 ppm de fluorure de sodium ou de fluorure d’aluminium, ont souffert de changements morphologiques des reins et du cerveau, d’accumulation accrue d’aluminium dans le cerveau et de formation de dépôts d’amyloïdes bêta, caractéristiques de la maladie d’Alzheimers.  Ref.: Varner JA, et al., "Chronic administration of aluminum-fluoride or sodium-fluoride to rats in drinking water: alterations in neuronal and cerebrovascular integrity,"  Brain Research Vol. 784 No. 12 p 284-298 (1998).

[34] Une étude effectuée en 2000 sur des populations animales et humaines conclue que ‘’ l’exposition de fluor, à des niveaux qui sont expérimentés par une portion importante de la population buvant de l’eau fluorée, pourrait engendrer des impacts négatifs sur le développement du cerveau.’’.  Ref. :  Schettler T, et al. (2000). Known and suspected developmental neurotoxicants. pp. 90-92.  In: In Harms Way - Toxic Threats to Child Development. Greater Boston Physicians for Social Responsibility: Cambridge, MA.

[35] Statistiquement, au moins 9 études démontrent un forte corrélation entre un nombre accru de fractures à la hanche chez les personnes agées et la consommation d’eau fluorée.  Ref.: Jacobsen SJ, et al. (1992). The association between water fluoridation and hip fracture among white women and men aged 65 years and older; a national ecologic study. Annals of Epidemiology 2: 617-626.

[36] Naika (1968). Agricultural chemical poisoning,  Jul;22(1):257-66.

[37] Antonov, N., Chemical Weapons at the Turn of the Century, LN 72-96, pp. 30-31.

[38] Le gaz Sarin était autrefois utilisé comme pesticide, mais fut ensuite considéré trop toxique pour les mammifères.  Ref.: Int. Pest Control16(6): 4-9; 1974.

[39] L’agent actif de l’agent orange est constitué principalement de dioxines, mais aussi d’un mélange d’herbicides, dont plusieurs sont fluorés.

[40] UN 1991 report: PLAN  FOR  FUTURE  ONGOING   MONITORING  AND VERIFICATION OF IRAQ'S COMPLIANCE  WITH  RELEVANT PARTS  OF SECTION C OF SECURITY COUNCIL RESOLUTION 687 (1991) REPORT OF THE SECRETARY-GENERAL (S/22871/Rev.1),  REVISED ANNEXES II, III AND IV.

[41] Ces organofluorures font parti de la liste de contrôle A des Nations Unies.  La liste B inclue notamment les gaz Sarin et Soman, mais aussi les fluoropolymères.

[42] D’après les chiffres d’une étude du fournisseur d’eau AW de la ville de Bedfordshire, jusqu’à 50% de l’eau quittant les stations de pompage  (et ceci n’est pas exclusif à AW) peut être perdue en fuites et accidents.  Seulement entre 0.1 et 1 % de l’eau est bue par le consommateurs; 99% de l’eau traitée est relâchée dans l’environnement.  Ref.: http://www.fluorideinbeds.org/FIB/bedfordshire.asp

[43] Fluoride Standards and Predicting Wildlife Effects Fluoride. Fluoride: Journal of the International Society for Fluoride Research, January 1984, Volume 17, Pages 41-47

[44] Fluorides and Sulfur Dioxides as Causes of Plant Damage, Fluoride: Journal of the International Society for Fluoride Research, July 1970 (Volume 3, Issue 3, Pages 137-142)

[45] Impact of artificial fluoridation on salmon species in the northwest USA and British Columbia, Canada. Fluoride Vol.27 No.4 220-226 1994

[46] Probablement des millier d’articles scientifiques.

[47] Public Health and Aging: Retention of Natural Teeth Among Older Adults --- United States, 2002, CDC's Morbidity and Mortality Weekly Report, Dec. 2003

[48] Cette façon d’agir est irresponsable, basée sur l’ignorance et contraire à la santé des citoyens.  

[49] Gray, AS. (1987) Fluoridation: Time for a New Base Line ? Journal of the Canadian Dental Association, 10 : 763-765.

[50] Limeback, H. (1999). A re-examination of the pre-eruptive and post-eruptive mechanism of the anti-caries effects of fluoride: is there any caries benefit from swallowing fluoride? Community. Dent. Oral Epidemiol. 27, 62-71.

[51] Pesticides literature review. Systematic review of pesticide human health effects.  Ontario College of family physicians, 2004.

[52] Infante-Rivard C, Labuda D, Krajinovic M, Sinnett D. Risk of childhood leukemia associated with exposure to pesticides and with gene polymorphisms. Epidemiology 1999;10:481–487.

[53] WHO Oral Health Country/Area Profile Proramme, Global Oral Data Bank, 2004.  http://www.whocollab.od.mah.se/euro.html

[54] Bratthall D, Hansel-Petersson G, Sundberg H. (1996). Reasons for the caries decline: what do the experts believe? European Journal of Oral Science 104:416-22.

[55] Les enfants sont plus vulnérables aux méfaits du fluor en raison de leur capacité rénale limitée à évacuer les excès de fluor.  Ref :  Spak CJ, et al. (1985). Renal clearance of fluoride in children and adolescents.  Pediatrics 75(3):575-9.

[56] Scientifiquement, il maintenant bien établi que la consommation d’eau fluorée est significativement associée chez les enfants à des niveaux accrus de retard mental (QI <70) et de faible intelligence (QI 70-79).  Ref. : Xiang Q, et al. (2003). Effect of fluoride in drinking water on children's intelligence.  Fluoride 36: 84-94.

[57] Teotia SPS, Teotia M. (1994). Dental caries: a disorder of high fluoride and low dietary calcium interactions (30 years of personal research).  Fluoride 27(2): 59-66.

[58] C’est suite aux procès contre les Nazis, accusés après la fin de la deuxième guerre mondiale des pires atrocités d’expérimentation médicale sur des sujets humains, que fut édicté à Nuremberg le Code de Nuremberg.  Depuis, ce code a inspiré les principales organisations médicales internationales dans l'élaboration des directives concernant les problèmes soulevés par le développement de la recherche biomédicale.

[59] Né en Allemagne autour de 1960, le principe de précaution a acquis ses lettres de noblesse depuis que la Communauté européenne l’utilise comme argument pour se protéger des risques et dangers des OGM (Organismes Génétiquement modifiés) dans le cadre du différent  environnemental et commercial qui l’oppose à la politique états-unienne pro-OGM.  Issu de la sphère environnementale, il est maintenant passé au domaine de la santé et pourrait s'appliquer à «toute personne qui a le pouvoir de déclencher ou d'arrêter une activité susceptible de présenter un risque pour autrui ».